Sécheresse : dans le Rhône, rencontre avec un chasseur de fuites d'eau

La sécheresse touche déjà quinze départements français, dont dix ont dépassé le seuil d'alerte. Conséquence de la mise en œuvre de cette vigilance : les préfectures appellent notamment à lutter contre les fuites.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des "chercheurs de fuites" de Suez (C. FOUQUIN / SUEZ)

À côté des ouvriers qui travaillent sur le chantier d'un petit village du Rhône (Auvergne-Rhône-Alpes) pour renouveler les canalisations, le chasseur de fuites, c'est Franck Odet. "Ça fait quatre ans maintenant que je suis à la recherche de fuites", sourit-il. Franck Odet travaille pour Suez, intervient sur un grand périmètre et localise plus d'une centaine de fuites au total sur l'année. "Moi, je fais ça tous les jours, 24 heures sur 24, confie-t-il avant de rire. Cela se fait le matin. Je regarde toutes les productions grâce à des compteurs de passage, des compteurs de sectorisation."

"On sait à peu près ce qu'on consomme tout le temps. Quand on voit que ça part à la dérive, un peu entre 10, 20 voire 30 m³ par jour, on essaye de rapprocher la fuite."

Franck Odet, chasseur de fuites

à franceinfo

Et tout cela, Franck Odet le fait grâce à un appareil d'écoute au sol, un micro qui permet de détecter puis de localiser précisément la fuite. Comme les autres chasseurs, Franck travaille à l'oreille : "Une fuite génère un bruit plus ou moins fort suivant la nature du tuyau."

Des centaines de milliers de mètres cubes d'eau perdus chaque année

C'est à la fois la nature du tuyau et la vétusté du réseau qui explique les fuites en série. Dans ce village, l'eau est gérée par le Syndicat intercommunal des eaux de la vallée d’Ardières (SIEVA). Sur les quinze communes de ce syndicat, 170 000 m³ d'eau environ sont perdus chaque année. "C'est inutile de transporter de l'eau pour qu'elle disparaisse dans le milieu naturel, même si en soit elle n'est pas perdue, explique Daniel Michaud, maire de Quincié-en-Beaujolais et président du syndicat. Mais c'est idiot de pomper de l'eau pour la redonner dans le milieu naturel."

Le syndicat investit des millions dans le renouvellement des canalisations. Mais c'est un chantier très long, même pour un kilomètre sur une petite commune : deux mois. L'Agence de l'eau Rhône-Méditerranée Corse, qui couvre ce secteur, investit un quart de son budget dans la lutte contre les fuites. À son échelle, la déperdition est encore de 22%.

Sécheresse : dans le Rhône, rencontre avec un chasseur de fuites d'eau - Reportage d'Étienne Monin
écouter

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.