Reportage Sécheresse : dans le Var, le village de Seillans est toujours soumis à des restrictions d'eau

A quinze jours du début de l'hiver, une partie de la France est toujours confrontée à la sécheresse. Dans le département du Var, certaines communes sont encore soumises à des restrictions d'eau. C'est le cas dans le village de Seillans, ravitaillé depuis avril par camion-citerne. Face à la crise qui dure, décision a été prise de limiter à 100 litres la consommation d'eau par jour et par personne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le village de Seillans, dans le Var, est ravitaillé en eau depuis le mois de mai dernier.  (PHOTO ABJ / MAXPPP)

Pas une goutte de pluie n'est tombée à Seillans depuis cet été. Les nappes phréatiques ne se rechargent pas. Conséquence : cela fait huit mois que Sylviane n'a plus le droit d'arroser ses plantes. "J'attends qu'il pleuve", lâche-t-elle résignée. Dans son jardin, cette retraitée ne peut que constater les dégats. "Il y a beaucoup, beaucoup de plantes qui sont mortes cette année. Beaucoup d'arbres aussi. C'est bien triste. Il y a quand même un phénomène météorologique, faut qu'on s'interroge là dessus, c'est sûr", confie Sylviane. 

>> Sécheresse : "Il faut qu’on s’habitue" aux restrictions, "nous n’aurons plus la même abondance", reconnait Christophe Béchu

Le village est ravitaillé quotidiennement par camion-citerne. Les 2 500 habitants sont soumis aux restrictions d'eau depuis le printemps dernier : pas plus de 100 litres d’eau par jour et par personne. "C'est la sobriété totale, confirme Fabien, un enfant du pays. On fait attention, on minimise la consommation d'eau pour les douches. Cela commence à faire long, mais le problème c'est qu'il va falloir continuer à prendre toutes ces précautions pour qu'on arrive à passer ce mauvais passage", ajoute-t-il. 

Depuis cet été, aucune de pluie n'est tombé sur le village de Seillans, dans le Var. Les habitants sont encore soumis aux restrictions d'eau.  (Hugo Charpentier / Radio France)

Cette situation est inédite, même dans le Var. "Nous n'avons jamais connu un manque de pluie pareil", assure René Ugo, maire de Seillans depuis plus de 20 ans. "C'est certainement en raison de l'évolution du climat, et on a pris ça de plein fouet", ajoute-t-il. La source qui alimente le village débite aujourd’hui quatre litres par seconde, c’était plus du double il y a encore quelques années. "Dans mes souvenirs d'enfance, la sécheresse c'était d'actualité l'été mais c'était passager. Mais maintenant, c'est installé : c'est sur l'année et c'est devenu très préoccupant", alerte l'élu.

Le réseau de distribution d'eau également pointé du doigt

La sécheresse n’est pas la seule cause du manque d’eau. Le réseau de distribution est défaillant selon Paul Fabiani, membre d’un collectif d’usagers. "Quand on sait qu'à Seillans, on avait plus de 40% de fuite : bien évidemment déjà, si on n'avait pas perdu cette eau dans la nature, les gens aurait pu la recevoir chez eux. Donc on suit ça au quotidien, on suit les travaux d'amélioration ou les travaux de production de nouvelles sources d'eau ", avance-t-il. 

Ces travaux vont démarrer au printemps prochains, promet le maire : "Nous avons pris des mesures pour faire en sorte que les réseaux soient performants, qu'il n'y ait plus de perte mais aussi nous espérons raccorder au réseau général du territoire la commune entièrement". Des travaux devenus Indispensables avec des périodes de sécheresse de plus en plus longues. En France, près d’un milliard de mètres cubes d’eau sont ainsi perdus chaque année en raison d’un réseau de distribution vieillissant. 

Selon le site gouvernemental Propulvia, qui recense toutes les restrictions d'eau en cours en France, 43 départements sont toujours au-delà du seuil de vigilance sur au moins une partie de leur territoire, dont 19 sont en crise. 

Des villages du Var toujours en situation de sécheresse : reportage de Hugo Charpentier à Seillans
écouter

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.