Reportage "C'est la première fois que je le vois aussi bas" : avant la début de la saison touristique, le Verdon manque cruellement d'eau

Dans le parc naturel du Verdon, le plus grand canyon d’Europe sera fermé tout l’été au rafting et aux kayak. Il ne sera pas possible de descendre en bateau les 25 kilomètres de gorges parmi les plus impressionnantes, la faute au manque d’eau. Passée la surprise, cette région très touristique essaie aujourd'hui de s’adapter.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un homme marche au bord du lac de Castillon, partiellement asséché, à Saint-André-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), le 28 juin 2022. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Comme chaque année, Alexandre revient de Marseille en ce début d'été, juste pour le plaisir de nager dans le lac de Castillon. "Pour moi, c'est le plus beau plan, le plus beau spot de nage du coin, absolument." Sauf que cette année, les eaux limpides du lac se transforment en un étang vaseux de quelques centimètres de profondeur à peine. Pas question d'y mettre les pieds. "Il y a de la glaise, il y a de la boue, déplore-t-il. Non, ce n'est pas possible et c'est même dangereux. Il n'y a vraiment pas assez d'eau."

"Ce n'est que de la vase et il n'y a vraiment aucun moyen tant qu'il n'y a pas d'eau, se désole pour sa part Inès, qui gère une base nautique avec des planches à voile, des pédalos et autresjeux gonflables. Là, c'est complètement fermé jusqu'à la fin de l'été." Tous disent comme Louis, le postier amateur de parapente et amoureux du Haut Verdon : "Ça fait 35 ans que je viens là, et c'est la première fois que je le vois aussi bas. On voit les anciennes structures, les anciennes routes qu'il y avait au fond du lac."

Un débit insuffisant... qui ne sera pas dopé

Si l'on peut encore nager ou faire du bateau de l'autre côté du lac, le Verdon qui en sort, lui, est impossible à descendre en rafting ou en kayak. Le débit est insuffisant et cette année, il ne sera pas dopé par des lâchers d'eau d'EDF. Une décision tout à fait normale pour Jean-Philippe Ringeard, le patron de l'une des entreprises qui propose des descentes en rafting. "La priorité va être d'assurer déjà les ressources en eau potable pendant tout l'été 2022, reconnaît-il. On a aussi une priorité agricole, il va falloir continuer à arroser les champs qui sont en bas. Et on a aussi une priorité qui est la lutte contre les incendies."

"On doit garder nos réserves d'eau et le rafting, on verra pour l'année prochaine, en 2023."

Jean-Philippe Ringeard, patron d'une entreprise de rafting

à franceinfo

Les amateurs de sensations fortes pourront se rattraper en faisant peut-être, comme Cyril, du canyoning. "Des petites émotions, des sauts, alors chacun choisit la hauteur de ses sauts. C'est super, le canyoning, je ne connaissais pas du tout, mais je découvre et j'ai adoré."

Le lac n'a pas fini de souffrir

Si les touristes – on en attend un million cet été – vont trouver leur bonheur, le lac, lui, n'a pas fini de souffrir car le maire de Saint-André-les-Alpes, Serge Prato, craint qu'EDF soit contraint cet été de relancer sa production hydroélectrique et donc de vider un peu plus le lac. "C'est un barrage qui vient en production en secours, explique l'élu. Ça peut vouloir dire que si on a des soucis d'énergie, qu'ils vont être obligés de turbiner, donc on n'aura peut être pas la garantie d'avoir un niveau constant, au moins les mois d'été."

Sans oublier l'évaporation naturelle qui va l'assécher encore un peu plus, car nous ne sommes qu'au début de l'été.

Parc naturel du Verdon : le lac de Castillon asséché en ce début d'été - Reportage d'Alain Gastal
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécheresse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.