Sciences : le mathématicien Étienne Ghys raconte le mystère de la formation des flocons de neige

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Sciences : le mathématicien Étienne Ghys raconte le mystère de la formation des flocons de neige
FRANCEINFO
Article rédigé par
D. Pépin, Z. Berkous, L. Harper, N. Lachaud - franceinfo
France Télévisions

Les scientifiques n'ont jamais réussi à percer tous les mystères de la formation des flocons de neige. Le mathématicien Étienne Ghys raconte dans "La petite histoire des flocons de neige" (ed.Odile Jacob) comment la recherche a avancé et face à quels obstacles elle se heurte. 

Étienne Ghys est mathématicien et secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences. Il s’est pris de passion pour les flocons de neige, des merveilles de géométrie et de symétrie, aux formes variées et complexes. Le scientifique, auteur du livre La petite histoire des flocons de neige (Ed. Odile Jacob), raconte que le premier à décrire ces flocons est un archevêque suédois au début du XVIe siècle. Mais au XVIIe siècle, un premier scientifique, Johannes Kepler, s’intéresse à la formation des flocons. "Kepler essaye de trouver dans les mathématiques l’explication de l’oeuvre de Dieu, et face à un flocon, il se dit, quelles sont les règles de base que Dieu utilise pour fabriquer des flocons. Ce n’est plus comme ça aujourd’hui que ça fonctionne en sciences, mais il pose des questions et propose des solutions", raconte le spécialiste. 

“Il y a des vérités que l’on ne peut pas démontrer” 

Depuis cinq siècles, les chercheurs, physiciens et mathématiciens se relaient pour percer ce mystère. "Le rôle du mathématicien c’est de chercher des petites règles simples communes à plusieurs phénomènes", explique Étienne Ghys. Mais peut-on tout expliquer avec les mathématiques ? Le scientifique rappelle "qu'il y a des vérités que l’on ne peut pas démontrer". "Nous sommes obligés d’accepter que certaines choses ne seront jamais validées mathématiquement, et c’est un bonheur quand même, on ne fait pas tout", conclut-il. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.