Vague de froid : le calvaire des sans-abris

La vague de froid glacial dénommée Moscou-Paris, renforcée par le vent, pose un problème particulier pour ceux qui dorment dehors.

France 3

Réchauffés par la flamme d'un feu de fortune, ces migrants afghans survivent sous ce pont depuis une dizaine de jours. Avec un thermomètre tombé à -5 degrés, la nuit du 25 au 26 février a été l'une des plus dures, mais malgré la fatigue, ils n'arrivent pas à dormir plus de deux ou trois heures. "Dans la tente, on se réveille tout le temps, il fait vraiment froid, c'est trop dur", témoigne l'un d'entre eux. Comme pour nous convaincre, l'un de ses compagnons nous montre l'intérieur de sa tente.

Les centres d'accueil pris d'assaut

Ici, la plupart n'ont aucune idée, aucune information sur les solutions d'hébergement. De toute façon, avec le froid glacial de ces derniers jours, les centres d'accueil, comme celui-ci près de la Villette, sont pris d'assaut. Dimanche 25 février, on a servi ici 200 repas de plus que d'habitude. Les bénévoles en conviennent, il sera difficile de faire mieux. Au menu : pâtes bolognaise et boissons chaudes. Un peu de répit pour ces sans-abris, avant de retourner à la rue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des migrants afghans à Paris, en février 2018, campent dans des abris de fortune. 
Des migrants afghans à Paris, en février 2018, campent dans des abris de fortune.  (MAXPPP)