VIDEO. Circulation différenciée en cas de pollution : Elisabeth Borne critique des "polémiques vraiment inutiles"

La ministre des Transports a rejeté vendredi les critiques portant sur un retard dans l'application, ces derniers jours, des mesures de restriction de circulation en raison de la pollution. 

RADIO FRANCE

"Il n’y a aucun filtre politique, il y a des procédures très claires", a déclaré vendredi 1er mars Elisabeth Borne. La ministre des Transports a écarté "les polémiques inutiles" selon elle autour de la mise en place de la circulation différenciée lors de l'épisode de pollution de ces derniers jours qui, selon certains responsables politiques, a tardé à être appliquée.

La défense des procédures

"On ne plaisante pas avec ces choses-là. Je suis parfaitement consciente qu'il y a 48 000 décès prématurés chaque année pour des problèmes de pollution", a-t-elle réagi. La ministre des Transports a rappelé les procédures : "Il y a des scientifiques qui observent les niveaux de pollution. Il y a des seuils dans lesquels on commence à donner des recommandations. On limite les vitesses. Ensuite, il y a des seuils d'informations et ensuite on met en place des restrictions de circulation. C'est exactement ce qui a été fait."

Mercredi 27 février, à la mi-journée, 641 infractions avaient été relevées à Paris et en proche banlieue, lors de contrôles routiers, mis en place pour veiller à l'application de la circulation différenciée, en raison de la pollution.

Elisabeth Borne, ministre des Transports, invitée de franceinfo le 1er mars 2019.
Elisabeth Borne, ministre des Transports, invitée de franceinfo le 1er mars 2019. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)