Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo A Londres, on suffoque

Publié
Durée de la vidéo : 14 min.
A Londres, on suffoque

Allerte à la pollution à Londres. Au 5 janvier, la capitale du "fog" et du "smog" a déjà dépassé la limite légale annuelle de taux de dioxyde d'azote ! L'air est pollué, la voiture est payante, les transports bondés... les Londoniens vivent un enfer urbain. "Avenue de l'Europe, le mag" a plongé au cœur des embouteillages.

Londres, 9 millions d'habitants, des rues étroites, des records de pollution (ils causeraient 10 000 décès prématurés par an). Des chiffres catastrophiques viennent de tomber en ce début d'année : dans les cinq premiers jours de janvier, la capitale britannique a déjà atteint ses limites de pollution atmosphérique pour 2017 ! Et pourtant, depuis des décennies, la mairie tente d'en expulser les voitures.

14 euros par jour pour circuler en centre-ville

Le péage urbain de Londres était censé régler le problème dès 2003, avec la Congestion Charge. L'automobiliste doit payer 11,50 livres (14 euros) par jour pour circuler en centre-ville. Dissuasif, isn't it ? Le péage a réussi à vider le centre de Londres de la majorité de ses véhicules particuliers. Pourtant, il n’y a jamais eu autant d’embouteillages et de fog depuis soixante ans, quand Winston Churchill a interdit aux Londoniens de se chauffer au charbon. Oxford Street est même devenue la rue la plus polluée d’Europe. Bus, taxis, estafettes de livraison ont pris la place, et tous roulent au diesel. Treize ans après la mise en place du péage, la nouvelle mairie est toujours à la recherche de la formule miracle.

Un reportage de Frédérique Maillard et Loïc Lemoigne, diffusé dans "Avenue de l'Europe, le mag" le 12 janvier 2017.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.