Pollution : la circulation différenciée mise en place à Paris et en banlieue, seules les vignettes Crit'Air 0, 1 et 2 autorisées

Pour la première fois, les vignettes Crit'Air 3 n'auront pas le droit de circuler.

(JULIO PELAEZ / MAXPPP)

En raison de la canicule et de la pollution, la circulation différenciée sera mise en place mercredi 26 juin à Paris et en banlieue, selon les informations recueillies par franceinfo auprès du ministère de la Transition écologique, confirmant une information du Parisien. Pour la première fois, les véhicules équipés de vignettes Crit'Air 3 n'auront pas le droit de circuler. Cette interdiction concerne le périmètre situé à l'intérieur de l'A86.

Les véhicules autorisés et interdits dans la capitale et en proche banlieue.
Les véhicules autorisés et interdits dans la capitale et en proche banlieue. (STEPHANIE BERLU / RADIO FRANCE)

Concrètement, seuls les véhicules disposant de vignettes Crit'Air 1 et 2, ainsi que les véhicules électriques, auront le droit de rouler dans Paris intramuros et en petite couronne. Selon les prévisions d'Airparif, le seuil d'information à la pollution à l'ozone (fixé à 180 microgrammes par mètres cubes) doit être dépassé mercredi 26 juin.

Plus d'un million de véhicules immatriculés en Ile-de-France et ayant une vignette ont une vignette Crit'Air 3 (sur cinq millions de véhicules immatriculés ayant une vignette). 410 000 véhicules immatriculés et disposant d'une vignette ont une vignette Crit'Air 4 et 5 en Ile-de-France.

La Ville de Paris annonce également la mise en place de plusieurs mesures pour faire face à cet épisode de pollution : un forfait "pic de pollution" dans les transports franciliens, une réduction de vitesse sur les routes et des contournements de l'Île-de-France pour les poids lourds. Le stationnement résidentiel, effectif dès mardi, est reconduit pour la journée du mercredi 26 juin.

Un déclenchement plus réactif

"Il faut regarder la réalité en face, qui est celle de l'augmentation de la pollution de l'air lorsqu'il y a une vague de chaleur, une canicule, comme celle que nous connaissons aujourd'hui", a déclaré mardi 25 juin le ministre de la Transition écologique François de Rugy, venu visiter les locaux d'Airparif, qui surveille la qualité de l'air de la région. Il était accompagné de la ministre des Transports Elisabeth Borne et du préfet de police de Paris Didier Lallement.

Le "nouveau dispositif" annoncé par François de Rugy, qui était en préparation avant la survenue de cette canicule, prévoit que la circulation différenciée sera désormais déclenchée "automatiquement" si le seuil d'information sur un polluant est dépassé pendant deux jours au moins, ou dès que le seuil d'alerte est atteint. Son déclenchement n'était pas obligatoire jusqu'alors et il était laissé à l'appréciation des préfets.

Ce que déplorait de façon persistante la maire PS de Paris Anne Hidalgo qui réclamait une plus grande réactivité aux épisodes de pollution. Dès lundi 24 juin, elle a demandé que soit mise en place la circulation différenciée à partir de mercredi. Le président de la métropole lyonnaise a fait de même.