Cet article date de plus de cinq ans.

Pollution : la circulation alternée à Paris et en proche banlieue prolongée mercredi

Cette décision a été prise en raison du pic de pollution qui frappe la capitale. Seuls les véhicules avec des plaques impaires pourront circuler.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Paris le 6 décembre 2016, vu du ballon Generali, qui mesure la qualité de l'air dans la capitale. (CHRISTOPHE ENA / AP / SIPA)

Alors que le pic de pollution se prolonge, la préfecture de police annonce, mardi 6 décembre, le prolongement de la circulation alternée à Paris et dans 22 communes de la proche banlieue pour la journée de mercredi. Seuls les véhicules avec des plaques impaires pourront circuler, tout comme les voitures utilisées pour le covoiturage.

Mercredi, Airparif, l'Association de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France, prévoit un épisode de pollution semblable à celui de mardi. 

Mardi, malgré les restrictions de circulation et la gratuité des transports en commun, les bouchons ont été massifs en Ile-de-France. Ils ont même dépassé les niveaux qualifiés d'"exceptionnels", avec des pointes à 375 km cumulés entre 8h30 et 9h30, selon le site Sytadin, de la direction des routes d'Ile-de-France. Puis ils sont redescendus à des seuils plus habituels (40 km à 13h40).

Pour Airparif, un dispositif bienvenu mais insuffisant

Pour Airparif, l'organisme chargé du suivi de la pollution en Ile-de-France, la circulation alternée permet de réduire le trop-plein de polluants lors des pics de pollution. "En 2014, le bilan d'une journée de circulation alternée avait montré un trafic réduit de 18% à Paris et de 13% en petite couronne. La pollution avait été réduite de 6 à 10% en moyenne selon les polluants, et jusqu'à 20% en heures de pointe. Cela bénéficie notamment aux personnes vivant près des axes routiers", assure Amélie Fritz d'Airparif.

Néanmoins, cette dernière estime que seule une action de longue durée amélioera au final la qualité de l'air. "Aussi bien sur le trafic, le chauffage, l'industrie, l'agriculture... il y a des actions à mener sur toutes les sources de pollutions tout au long de l'année", affirme Amélie Fritz. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution aux particules fines

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.