Pollution de l'air : les enfants sont davantage exposés que les adultes, selon une étude de l'EPHA

Selon une étude de l'Alliance européenne pour la santé publique (EPHA) publiée mardi 2 octobre, les enfants sont jusqu'à 37% plus exposés et plus sensibles à la pollution de l'air que les adultes.

Les enfants sont beaucoup plus exposés à la pollution de l\'air, selon l\'EPHA.
Les enfants sont beaucoup plus exposés à la pollution de l'air, selon l'EPHA. (YANN FOREIX / MAXPPP)

Les enfants sont plus exposés et plus sensibles à la pollution de l'air que les adultes, selon une étude de l'Alliance européenne pour la santé publique (EPHA) publiée mardi 2 octobre et que franceinfo s'est procurée, alors que l'Union européenne doit se prononcer sur de nouvelles normes pour les voitures. Cette exposition peut atteindre jusqu'à 37% supplémentaires.

L'Alliance européenne pour la santé publique reprend une enquête réalisée par l'ONG allemande Deutsche Umwelthilfe dans 6 villes d'outre-Rhin (Munich, Stuttgart, Berlin, Hambourg, Kehl et Heilbronn). Elle a mesuré les taux de dioxyde d'azote (NO2), un gaz émis par les moteurs diesel, dans 500 rues.

Jusqu'à 37% de polluants en plus

Les mesures ont été prises pendant un mois à un mètre et à deux mètres de hauteur, pour estimer l'exposition des enfants par rapport aux adultes. Dans la majorité des emplacements, il y avait en moyenne 7,5% de polluants en plus par mètre cube, et jusqu'à 37% dans l'un des lieux (à Berlin).

La porte-parole de l'association, Dorothée Saar, explique que "les enfants sont plus sensibles. Ils inhalent plus fréquemment, surtout quand ils courent". "Nous voulions avoir des données plus précises que celles des stations officielles de mesures de la qualité de l'air, qui ne calculent pas cette différence de concentration de polluants mauvais pour la santé en dessous de deux mètres du sol", poursuit-elle.

Le dioxyde d'azote est principalement émis par les véhicules diesel. Il favorise l'asthme et les affections pulmonaires, et est responsable de 75 000 décès prématurés par an en Europe, selon l'Agence européenne de l'environnement.