Cet article date de plus de deux ans.

"Ils font ça pour nous emmerder" : à Lyon, la vitesse sur le périphérique passe à 70 km/h, ce qui agace les habitants

À partir de ce lundi, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique de Lyon passe de 90 à 70 km/h, pour limiter la pollution et fluidifier le trafic.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le périphérique lyonnais passe à 70km/h dans sa totalité à partir de lundi 29 avril. (MAXIME JEGAT / MAXPPP)

Les pics de pollution répétés ont convaincu la Métropole : à partir du lundi 29 avril à 6 heures, la vitesse maximale autorisée sur le périphérique de Lyon passe à 70 km/h, au lieu de 90 auparavant. Lyon est la troisième ville à réduire la vitesse de son périphérique après Paris et Lille.

Il y a cinq ans, le périphérique parisien était passé lui aussi à 70 km/h. Résultat : 15 % d'accidents en moins. "Ceux qui sont le plus touchés sur les boulevards périphériques sont les deux roues et les conducteurs apprentis", souligne Gaspard Michardière, le directeur régional de la Prévention routière. "Puis viennent les séniors car il y a beaucoup de changements de voie et de voies d'insertion. Si on aborde ces changements à une vitesse moindre, on diminue clairement les accidents."

"Ça va faire du stress en plus"

Aux Buers, à Villeurbanne, les habitants ont vue imprenable sur le périphérique mais tous n'approuvent pas cette mesure. "Pour la pollution et le bruit, je suis d'accord. Ce n'est pas bon pour la santé. Mais 70, c'est trop peu. À 90 ça va très bien", estime une voisine.

Un autre riverain renchérit : "On travaille tous les jours avec la voiture ou le camion. Ça va faire du stress en plus. Déjà qu'à 90 c'était difficile, mais à 70 ça ne va pas rouler. Ils font ça pour nous emmerder".

À Paris, la vitesse moyenne est pourtant repassée de 33 à 38 km/h sur le périphérique, grâce à cette mesure.

Reportage Christophe Vincent
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution aux particules fines

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.