Excès de vitesse d'Emmanuelle Wargon : "J'étais prise dans un timing serré" mais ce "n'est pas une excuse"

La voiture de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique a été flashée jeudi à 150 km/h sur l'autoroute en plein pic de pollution. Sur France Bleu Provence, Emmanuelle Wargon reconnaît être "en tort".

Emmanuelle Wargon, ministre de la Transition écologique et solidaire, à Étang-sur-Arroux le 7 février 2019.
Emmanuelle Wargon, ministre de la Transition écologique et solidaire, à Étang-sur-Arroux le 7 février 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La voiture de la secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a été flashée jeudi 21 février à 150 km/h sur l'autoroute A1 dans les Hauts-de-France, alors que la vitesse était limitée à 110 km/h en raison d'un pic de pollution. "Je reconnais tout à fait que j'étais en tort, que j'étais prise par un timing très serré", a déclaré la secrétaire d'Etat à France Bleu Provence.

Je sais que ça n'est pas une excuse et que les Français attendent de moi de nous collectivement un comportement plus exemplaire.Emmanuelle Wargon, ministre de la Transition écologique et solidaire

Pour Emmanuelle Wargon, la vitesse des cortèges officiels lors de déplacements n'est "pas un sujet tabou", faisant référence au grand débat qu'elle est chargée d'animer. La secrétaire d'État ajoute qu'elle attend de recevoir l'amende. "Je la paierai bien sûr, et je serai beaucoup plus vigilante", assure-t-elle.

La secrétaire d'Etat et ministre de la Transition écologique et solidaire le reconnaît : "La question de l'exemplarité du mode de fonctionnement de l'État revient. C'est une forme de système où on a beaucoup d'engagements dans une journée, il faut aller vite d'un endroit à un autre, explique-t-elle. C'est une forme de facilité, à laquelle il faut qu'on ne cède plus." Et d'ajouter : "S'il y a une responsabilité c'est la mienne, après ce n'est pas moi qui conduisait, je n'ai pas vu le compteur."