Pollution : l’envoi des vignettes Crit'Air au point mort pour certains automobilistes

Ils ont passé leur commande il y a un mois, mais n’ont toujours rien reçu, alors que la France connaît un nouveau pic de pollution.

Une vignette Crit\'Air collée sur le pare-brise d\'une voiture, à Paris, le 23 janvier 2017. 
Une vignette Crit'Air collée sur le pare-brise d'une voiture, à Paris, le 23 janvier 2017.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Les jours passent, et toujours rien dans la boîte aux lettres d’Aurore. La jeune femme, qui habite à Vélizy (Yvelines), a pourtant commandé sa vignette Crit’Air le 30 décembre. "Ça va bientôt faire un mois, je ne comprends pas ce qu'il se passe. Le facteur doit venir à pied", lâche-t-elle à franceinfo, un brin agacé. Quand elle se connecte au site officiel pour savoir "où ça en est", la réponse est toujours la même : "en cours". "Le pire, souffle-t-elle, c’est qu’un collègue a fait sa demande après moi. Et vous savez quoi ? Lui, il l’a déjà reçue !"

Depuis le 16 janvier, ces vignettes de couleurs sont pourtant obligatoires pour circuler dans Paris. Elles classent les véhicules par rapport à leur niveau d’émissions polluantes. Il y a six couleurs différentes : le vert (Crit'Air) pour un véhicule propre roulant à l'électricité ou à l'hydrogène ; le violet (Crit'Air 1) pour une hybride ou essence à partir de 2011 ; le jaune (Crit'Air 2) pour une essence de 2006 à 2010 ou un diesel à partir de 2011 ; le orange (Crit'Air 3) pour une essence de 1997 à 2005 ou un diesel de 2006 à 2010 ; le bordeaux (Crit'Air 4) pour un diesel de 2001 à 2005 ; le gris (Crit'Air 5) pour un diesel de 1997 à 2000.

Plus de trois millions de commandes

Ce dispositif, qui remplace le système de circulation alternée en cas d'épisode de pollution, comme celui qui touche Paris et sa région, mardi 24 janvier, connaît clairement quelques bugs. Sur les réseaux sociaux, des dizaines de témoignages similaires à celui d'Aurore sont apparus. Des automobilistes racontent qu'ils ont reçu une vignette de la mauvaise couleur. D'autres expliquent qu'ils n'ont jamais réussi à se connecter au site. Quant à Stéphanie, elle a bien été prélevée des 4,18 euros, le prix de la vignette, mais n'a toujours pas reçu le moindre email de confirmation de sa commande, "alors pour l'autocollant à mettre sur mon pare-brise, je vais devoir encore attendre..."

Le ministère de l’Environnement, qui a mis en place ce nouveau dispositif, a bien pris note de ces dysfonctionnements. En attendant, les automobilistes concernés par ces bugs peuvent se contenter de montrer la facture d'achat aux forces de l'ordre en cas de contrôle, pour éviter d’être verbalisés. Pas de quoi rassurer Aurore, qui préfère laisser sa voiture au garage, en attendant, "trop peur de tomber sur un policier zélé".

Joint par franceinfo, le ministère de l’Environnement indique que "plus de trois millions de vignettes" ont été commandées à ce jour partout en France.