Pollution aux particules fines : ce qu'il faut savoir sur la circulation différenciée mise en place à Paris et Lille mercredi

C'est la première fois que la métropole lilloise prend une telle mesure, déjà appliquée en région parisienne lors d'autres pics de pollution.

Des voitures circulent près de l\'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017.
Des voitures circulent près de l'Arc de triomphe, à Paris, un jour de pic de pollution aux particules fines, le 23 janvier 2017. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

C'est l'une des conséquences regrettables du beau temps de ce mois de février. La région parisienne et la métropole lilloise connaissent depuis plusieurs jours des pics de pollution aux particules fines. En conséquence, les autorités ont mis en place une interdiction de la circulation des véhicules les plus polluants pour la journée du mercredi 27 février. On vous explique cette mesure, devenue de plus en plus courante.

Quels sont les véhicules concernés ?

A Paris comme à Lille, l'interdiction en vigueur mercredi concerne les véhicules de classes 4 et 5, et ceux non classés, selon la classification des vignettes Crit'Air, qui sont les plus polluants. Concrètement, il s'agit des voitures diesel dont la première immatriculation date d'avant 2006, des voitures essence datant d'avant 1997, des deux-roues qui datent d'avant le 1er juillet 2004 et des poids lourds, bus et cars qui datent d'avant le 1er octobre 2009.

Les vignettes Crit\'Air ont été créées il y a deux ans à la demande des villes qui souhaitaient mettre en place des restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants.
Les vignettes Crit'Air ont été créées il y a deux ans à la demande des villes qui souhaitaient mettre en place des restrictions de circulation pour les véhicules les plus polluants. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Où ces véhicules sont-ils interdits de circulation ?

A Paris, ils n'auront pas le droit de circuler dans un périmètre délimité par l'A86, c'est-à-dire la capitale et sa proche banlieue. Rappelons, par ailleurs, que les véhicules de classe 5 (à l'exception des deux-roues) et les véhicules non classés sont déjà interdits de circulation à l'intérieur de la ville de Paris en temps normal, du lundi au vendredi entre 8 heures et 20 heures.

A Lille, ils ne pourront pas se rendre dans un périmètre couvrant une douzaine de communes, listées dans cet article de France 3 Hauts de France. Mais dans la métropole lilloise, contrairement à Paris, une exception sera faite dès lors qu'il y a au moins deux personnes à bord, a indiqué la préfecture. C'est la première fois qu'une telle interdiction est mise en place à Lille.

Que risquent les contrevenants ?

Circuler avec un véhicule interdit, ou sans vignette, est passible d'une amende de troisième catégorie : elle s'élève à 68 euros, 45 euros quand elle est minorée, et 180 euros si elle est majorée. Pour les bus et les poids lourds, c'est une amende de quatrième catégorie : 135 euros, 90 euros si elle est minorée et 375 euros si elle est majorée.

Des mesures alternatives sont-elles prévues ?

La métropole lilloise a mis en vente un ticket unitaire permettant d'emprunter les transports en commun de façon illimitée toute la journée de mercredi, pour 1,65 euro.

En Ile-de-France, un forfait "antipollution" a également été mis en place mercredi, permettant de se déplacer de façon illimitée dans les transports, pour 3,80 euros. La région a également mis en place un partenariat pour que le covoiturage soit gratuit mercredi sur huit plateformes (Blablalines, Clem', Covoit'ici, IDVROOM, Karos, Klaxit, Ouihop, Roulez Malin).

Par ailleurs, la préfecture des Hauts-de-France a abaissé de 20 km/h les limites maximales de vitesse sur les routes du Nord et du Pas-de-Calais, depuis lundi et jusqu'à jeudi à 10 heures. La même mesure a été prise en Ile-de-France.

L'interdiction va-t-elle se prolonger ?

L'interdiction de circulation n'a, pour l'instant, été prise que pour la journée de mercredi. Sa reconduction éventuelle dépendra de l'évolution des conditions météorologiques. En Ile-de-France, selon Airparif, la situation devrait s'améliorer jeudi grâce à l'arrivée d'une perturbation venue de l'Ouest, qui devrait disperser les polluants.