La vitesse bientôt limitée à 90 km/h sur les autoroutes qui traversent les villes

Ce dispositif, présenté lundi par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, doit permettre de réduire la pollution.

Des embouteillages sur l\'autoroute A7 aux abords de Valence (Drome), le 8 août 2015. 
Des embouteillages sur l'autoroute A7 aux abords de Valence (Drome), le 8 août 2015.  ( MAXPPP)

Les automobilistes vont devoir lever le pied. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé, lundi 24 août, que les maires des villes traversées par des autoroutes pourront désormais demander aux préfets de réduire la vitesse maximale à 90 km/h sur ces portions, au lieu de 110 km/h. Une mesure qui doit permettre de lutter contre la pollution de l'air.

Qui est à l'origine de cette mesure ? 

Le 17 juillet, le maire de Valence (Drôme), Nicolas Daragon (Les Républicains), avait demandé au ministre de l'Intérieur de baisser la vitesse maximale sur la portion de l'A7 traversant sa ville. L'"autoroute du soleil" est très fréquentée pendant les vacances, mais aussi le reste de l'année, en raison de sa position stratégique en vallée du Rhône.

Chaque jour, la commune voit ainsi défiler, en moyenne, 70 000 véhicules, selon le maire. En plein cœur de la saison estivale, sa commune a vu passer jusqu’à 200 000 véhicules par jour, précise 20 Minutes. Une circulation dense qui participerait à l'aggravation de la pollution atmosphérique. 

Le dispositif peut-il permettre de réduire la pollution ?

Nicolas Daragon en est convaincu. La mesure pourrait permettre de réduire fortement la pollution liée au trafic routier dans sa commune. Pour appuyer sa demande, le maire de Valence s'est basé sur une étude réalisée entre 2009 et 2011 par l'Institut de veille sanitaire (INVS) dans sa commune. Et le résultat est frappant : 55 décès pourraient être évités chaque année si la pollution de l’air était inférieure aux standards de l’OMS, estime l'NVS. Soit un gain économique de 91 millions d'euros.

Selon la Commision européenne, les particules fines, un des principaux polluants atmosphériques, sont responsables de 42 090 morts prématurées en France chaque année. Mais le dispositif "doit être complémentaire d’un dispositif global visant à promouvoir le covoiturage, les transports en commun, au détriment de la voiture en solo", nuance Demba Diedhiou, responsable Transports et mobilités durables à France nature environnement, interrogé par 20 Minutes

Quelles sont les villes concernées ? 

Le dispositif devrait rapidement voir le jour selon Ségolène Royal. "Il y aura une instruction donnée aux préfets par le ministre de l'Intérieur et par moi-même. Les préfets auront le pouvoir de limiter à 90 km/h la vitesse sur les autoroutes traversant les villes", précise la ministre de l'Ecologie sur i-Télé. Elle précise que le dispositif pourrait concerner une "quinzaine à une vingtaine" de villes comme Tours (Indre-et-Loire), Lyon (Rhône), Strasbourg (Bas-Rhin) ou encore Toulon (Var).

"Tous les maires qui veulent lutter contre la pollution pourront s'adresser aux préfets qui prendront la décision de limitation de vitesse", ajoute Ségolène Royal. Mais "il faut que les circonstances de pollution soient remplies".