Au Maroc, des hammams plus écologiques se chauffent aux noyaux d'olive

Le Maroc s'apprête à accueillir, du 7 au 18 novembre, la prochaine conférence internationale sur le climat, la COP22. Focus sur un hammam "durable" à Marrakech.

Le hammam Masmoudi de Marrakech, l\'un des premiers hammams \"durables\" du Maroc
Le hammam Masmoudi de Marrakech, l'un des premiers hammams "durables" du Maroc (RADIO FRANCE / ANNE-LAURE BARRAL)

Ils consomment trois millions de tonnes de bois par an et émettent chaque année quatre millions de tonnes de CO2. Au Maroc, les hammams sont loin d'être des modèles en matière d'écologie. Pendant que les clients se prélassent, un "farnatchi" alimente la chaudière, qui chauffe l’eau des bains, ainsi que les murs des salles du hammam. Les jours d’affluence, jusqu'à deux tonnes de bois vont être brûlées dans l’âtre, laissant dans le quartier une odeur de feu de bois... et une bonne dose de particules fines.

Mais, dans le pays, certains propriétaires tentent de changer la donne. Noyaux d’olive, coques d’amande, noyaux d’abricot... Dans son hammam "durable" installé à Marrakech, Mehdi Khaldoun a remplacé le bois par des déchets agricoles, que le Maroc produit en grande quantité. Grâce au travail de Mickael Benhaim, un ami ingénieur dans les énergies renouvelables, sa chaudière est aujourd'hui bien plus performante. Des capteurs de température ont été installés dans les salles.

À Marrakech, la nouvelle chaufferie \"durable\" du hammam Masmoudi fonctionne grâce à des noyaux d’olive et des coques d’argan
À Marrakech, la nouvelle chaufferie "durable" du hammam Masmoudi fonctionne grâce à des noyaux d’olive et des coques d’argan (RADIO FRANCE / ANNE-LAURE BARRAL)

Autres innovations : la dalle du hammam a été recouverte d’un plancher chauffant, des panneaux solaires et un système de récupération des eaux usées ont été installés.

Les promoteurs présenteront leur projet à la COP22

Le coût des rénovations, subventionnées en partie par l'Agence française de développement, s'élève à 100 000 euros. En contrepartie, le montant de la facture énergétique de ce hammam a diminué de 60% dès la première année. Les émissions de CO2 ont quant à elles diminué de 180 tonnes. Le chiffre équivaut au niveau d'émission d'une centaine d'automobilistes sur une année entière. Le tout sans augmentation des prix pour le client : l'entrée du hammam "durable" de Mehdi Khaldoun est maintenu à un euro.

Aujourd'hui, seuls cinq hammams marocains fonctionnent grâce à ce nouveau système durable. Leurs promoteurs présenteront leur projet à la COP22, la conférence internationale sur le climat qui se tient du 7 au 18 novembre prochains à Marrakech. En espérant trouver des bailleurs de fonds et créer une véritable filière et des emplois dans le pays.

Reportage à Marrakech d'Anne-Laure Barral
--'--
--'--