À Rouen, des capteurs de polluants distribués aux particuliers pour mesurer la qualité de l’air

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Installation de capteurs de polluants chez des particuliers à Rouen
Article rédigé par
Véronique Dalmaz-Nicolas - franceinfo
France Télévisions

L’association Rouen Respire propose une centaine de boitiers aux habitants de la Métropole. Une initiative pour évaluer la pollution de l’air. #IlsOntLaSolution 

Depuis quelques jours, on peut voir sur les balcons des immeubles de Rouen de drôles de boîtiers bleus et gris. Ils captent les polluants et sont un véritable indicateur de l’air que respirent les Rouennais. Ces boîtiers, qui peuvent être également installés à l’intérieur des habitations, sont distribués gratuitement par l’association Rouen Rspire, créée juste après l'incendie de l'usine chimique Lubrizol. "On dispose d’une centaine de capteurs. On va petit à petit les installer sur la métropole rouennaise qui compte 71 communes. L’idéal serait d’avoir un capteur par ville. Et puis par la suite, d’en installer sur tout le département de la Seine-Maritime et de la Normandie", précise Pierre-Emmanuel Brunet, le président de l'association.

Des données accessibles à tous 

Concentration de particules fines PM10 et PM2.5, température, taux d’humidité… Ces capteurs mesurent plusieurs données qui sont transmises sur le site Internet opendata et accessibles à tous. Flavien Mousset est le premier habitant de Rouen à avoir installé un capteur chez lui. "Cette démarche citoyenne est très importante pour que les gens comprennent dans quel environnement ils vivent. Ils peuvent aussi comparer les données avec d’autres capteurs qui sont situés à différents endroits dans le monde entier", explique le jeune homme.

Pour demander un boîtier, il vous suffit d’envoyer un mail : capteurs@rouenrespire.fr. L’association Respire Rouen espère installer, d’ici la fin juillet, au moins trente capteurs dans la métropole.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pollution aux particules fines

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.