Orages dans le sud de la France : "Nous prévoyons le pire pour ne prendre aucun risque", assure la mairie d'Alès

Les prévisionnistes annoncent des orages très violents dans le sud de la France. En croisant les doigts pour qu'ils se trompent, la ville d'Alès se prépare au pire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
En 2014, la région entre Alès et Nîmes avait connu de fortes inondations (illustration). (BRUNO SOUILLARD / MAXPPP)

"Afin de ne prendre aucun risque, nous prévoyons le pire", explique mardi 16 août sur franceinfo Christian Rivenq, Premier adjoint à la mairie de Alès (Gard) et président de Alès agglomération en charge des cellules de crise. Cinq départements sont placés en vigilance orange aux orages. Le Gard et l'Hérault sont également placés en vigilance pluie et inondations. "On espère que la réalité sera en deça des prévisions", a-t-il ajouté.

franceinfo : Redoutez-vous ce scénario d'un épisode méditerranéen provoquant des orages potentiellement très violents ?

Christian Rivenq : C'est ce qui est attendu par les prévisionnistes. C'est vrai que cela arrive un peu tôt dans la saison du fait des chaleurs intenses, puisque généralement, ce type d'événement, on les attend à partir du 10 septembre. Après, on s'aperçoit que les prévisions faites ces dernières semaines sur les vagues orageuses ne se sont pas concrétisées et que la réalité a été en deça des prévisions. On croise les doigts pour que ce soit le cas encore aujourd'hui. Cependant, afin de ne prendre aucun risque, nous prévoyons le pire.

Quel est le dispositif prévu dans le cas d'une vigilance orange comme ce soir ?

Déjà, la cellule de crise est activée donc le personnel et mis en place pour suivre l'évolution. On a la chance d'avoir des outils que nous n'avions pas il y a vingt ans. Et puis après, nous avons des services sur le pont.

"Nous nettoyons les avaloirs parce qu'avec la sécheresse, les feuilles des platanes sont tombées. Il faut nettoyer pour que le réseau hydraulique puisse fonctionner à plein en cas d'orage pour éviter les inondations de caves et des rez-de-chaussée."

Christian Rivenq, Premier adjoint à la mairie de Alès

à franceinfo

Nous travaillons aussi sur les parcs. Et puis on fait beaucoup de prévention, on prévient les gens, on se met en situation de pouvoir intervenir en cas de problème que nous n'espérons pas.

Les sols sont extrêmement secs et les réserves d'eau pourraient se remplir extrêmement rapidement et déborder. C'est le scénario que vous redoutez ?

C'est exactement ça. On sait bien que des cellules mobiles génèrent des grosses quantités d'eau sur des temps courts, mais les cellules fixes peuvent apporter ce genre de vagues très, très rapidement. C'est la spécificité des orages méditerranéens et cévenols. C'est vrai que nous craignons cela et c'est pour ça qu'il faut faire en sorte d'avoir un réseau pluvial qui est très bien entretenu pour faire en sorte d'absorber très rapidement les quantités d'eau considérables qui tombent. Cependant, il est temps d'avoir un peu d'eau car nos réserves commencent à diminuer sérieusement.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.