D'importants dégâts en Dordogne après les orages de vendredi soir

Placée sous vigilance orange par Météo France avec 32 autres départements, la Dordogne a connu vendredi soir de violents orages qui ont provoqué de nombreux dégâts matériels. L'alerte orange a été levée samedi matin sur l'ensemble du pays, mais la journée a été consacrée à l'inventaire des dégâts, très importants sur les vignes et certaines parcelles agricoles.

(Guillaume Souvant SIPA)

Des grêlons de la taille de balles de ping pong, et des dégâts. Les orages qui ont touché la Dordogne vendredi soir ont laissé des traces : caves inondées, chutes d'arbres, toitures endommagées ou arrachées...

Le service d'incendie et de secours de Dordogne a totalisé plus de 300 interventions, dont une cinquantaine encore en cours samedi, principalement pour des arbres arrachés, couchés sur les voies, des toitures ou vérandas arrachées ou endommagées par la grêle, des habitations inondées.

Samedi matin, 6.000 foyers étaient privés d'électricité. Ils n'étaient plus que 2.000 à la mi-journée, pour un retour à la normale dans la soirée de samedi.

"C'était l'apocalypse ! "

C'est dans les alentours de la commune d'Excideuil (Aquitaine) que la grêle a frappé le plus fort, allant même jusqu'à briser les pare-brises de voitures. "Les grêlons étaient gros comme des poings. Cela n'a pas fait un pli : tout a été cassé , témoigne au micro de France Bleu Périgord une jeune femme dont le véhicule a été abimé par les intempéries. C'était l'apocalypse ! "

Dans la même ville, le toit d'une maison de retraite a été en partie arraché mais a pu être bâché, ne nécessitant pas l'évacuation des pensionnaires.

A Villefranche-sur-Lonchat, à une centaine de kilomètres au sud-ouest d'Excideuil, le conseiller général UMP Thierry Boidé s'alarmait pour les agriculteurs de sa commune. "C'est catastrophique ! (...) Il y a énormément de dégâts, on estime que la vigne est détruite à environ 70 % ", expliquait-il après les intempéries

Enfin dans le nord-est du département, le maire de Lanouaille, Jean-Pierre Cubertafond, s'inquiétait de l'ampleur des dégâts : "Beaucoup de routes communales ont été
coupées par des arbres, il y a bea ucoup, beaucoup de mal fait aux cultures,
maïs, blé, arbres fruitiers... On va être surpris samedi de l'étendue des
dégâts agricoles.
"

Le vignoble bordelais très touché

En Gironde, le service d'incendie et de secours avait recensé à 22 heures 30 une
vingtaine d'interventions liées à l'épisode d'orage et de grêle,
essentiellement pour des caves inondées, alors que le gros de la dégradation se
déplaçait déjà vers le nord-est.

Mais c'est sur le vignoble que les dégâts ont été les plus importants. Selon le président de la FDSEA Gironde, Patrick Vasseur, "une première estimation, vraiment en gros, porte sur 4.000 à 5.000 hectares durement touchés, détruits à 80 % ou plus ".

En Corrèze, département limitrophe de la Dordogne, les pompiers comptaient vers 23 heures 30 après le passage de l'épisode moins d'une demi-douzaine d'interventions,
notamment pour des arbres sur la voie. Enfin les Landes, le département le plus au sud concerné par l'alerte orange, ont
elles aussi été épargnées, les pompiers ne recensant en fin de soirée aucune d'intervention liées aux intempéries.

L'alerte orange levée

Vendredi soir, Météo France avait placé 33 départements allant du Sud-Ouest au Nord-Ouest
en alerte orange
en raison de risques d'orages violents.

Cette alerte a été levée dans les dix départements allant du Centre au
Nord-est de la France, dans laquelle elle était encore en vigueur, selon le
bulletin de Météo-France publié samedi matin.

Elle était
jusque là maintenue dans les régions Champagne-Ardenne et la Lorraine, ainsi
que dans les départements suivants : Aisne, Allier, Côte-d'Or, Nièvre et Yonne.
Les averses orageuses qui perdurent de la Bourgogne à la Lorraine ne
justifient plus le maintien de la vigilance orange orages, indique Météo-France
qui note dans son bulletin que depuis 5 heures du matin, "les orages quittent le pays par
la frontière allemande.
"