Népal : les corps des trois alpinistes français disparus ont été retrouvés, annonce la police locale

Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi ont disparu le 26 octobre, dans la région de l'Everest, pendant leur ascension de la face ouest du Mingbo Eiger.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un des versants de l'Everest, au Népal, le 31 octobre 2021, région où les trois alpinistes français ont disparu. (- / KAILASH HELICOPTER SERVICES / AFP)

Trois corps ont été découverts par des guides de montagne au Népal.  La police locale a annoncé, lundi 8 novembre, les avoir identifié comme étant ceux des trois alpinistes disparus après une avalanche dans la région de l'Everest le 26 octobre. Les corps ont été découvert "à peu près dans la même zone où étaient conduites les recherches" des trois jeunes alpinistes français disparus, a-t-il précisé.

"L'équipe de secours professionnelle a transporté à Lukla [sud-est du Népal] les corps des trois alpinistes français disparus", a déclaré à l'AFP Rishi Raj Dhakal, inspecteur et porte-parole du bureau de police du district de Solukhumbu. "Le bureau de police a accompli toutes les procédures légales qu'il est tenu de faire ici", a poursuivi le policier. "Les corps vont maintenant être transportés à Katmandou pour une autopsie".

Une équipe de secouristes français sur place

Ang Norbu Sherpa, chef de l'équipe de secours, a confirmé avoir "ramené trois corps à Lukla depuis la zone proche de la pente de la face Nord du Mingmo Eiger". En revanche, il s'est refusé à confirmer qu'il s'agissait bien des Français disparus. "Nous ne pouvons pas confirmer l'identité des corps car nous ne sommes pas autorisés à le faire", a-t-il expliqué. "Il y a un processus distinct".

Après deux jours d'interruption, les recherches avaient repris vendredi pour retrouver Louis Pachoud, Gabriel Miloche et Thomas Arfi, âgés de 27 à 34 ans, disparus depuis le 26 octobre à la suite d'une avalanche pendant leur ascension de la face ouest du Mingbo Eiger, qui culmine à 6 070 mètres d'altitude.

La France avait dépêché vendredi au Népal une équipe de 14 personnes composée de gendarmes, d'experts et d'un chien d'avalanche pour prêter main forte aux guides népalais durant le week-end. Cette opération, organisée par le centre de crise du ministère avec l'ambassade de France au Népal, a été mise en oeuvre par le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Avalanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.