Chamonix : un skieur et un guide décèdent dans deux avalanches dans le massif du Mont-Blanc

Les deux victimes étaient âgées de 23 et 61 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L’Aiguille du Midi dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie), le 3 février 2021. (RICHARD VIVION / FRANCE-BLEU PAYS DE SAVOIE)

Un skieur et un guide de montagne sont morts dans deux avalanches mercredi 19 mai dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie), rapporte France Bleu Pays de Savoie. Les deux victimes étaient âgées de 23 et 61 ans.

Vers 10h30, une première avalanche s’est déclenchée dans le couloir des Cosmiques après le passage de deux skieurs. L’un d’eux, âgé de 23 ans, a été emporté et retrouvé sous plus de deux mètres de neige par son compagnon. Malgré l’intervention du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, le jeune homme, résidant à Chamonix, est décédé.

Un guide de 61 ans lui aussi emporté

Vers 12h45, plusieurs témoins ont constaté le départ d’une autre avalanche sur la face sud de l’arrête des Cosmiques. Elle a emporté un guide de 61 ans, ancien secouriste de la vallée de Chamonix. Là aussi, la victime est décédée.

"C'est ce que nous craignions", confie un gendarme du PGHM à France Bleu Pays de Savoie après la réouverture ce 19 mai du téléphérique de l'Aiguille du Midi sous quelques rayons de soleil.

La préfecture de la Haute-Savoie appelle les pratiquants de la montagne à la plus grande prudence pour les jours à venir. "À la vue des conditions actuelles aujourd'hui, il y a eu des chanceux. Le bilan aurait pu être plus grave", indique le patron du PGHM de Chamonix, le colonel Stéphane Bozon.

Une météo perturbée

Le temps s'annonce perturbé ce week-end et l'accumulation de neige va continuer au-dessus de 2.200 mètres, d'où l'appel à la plus grande vigilance relayé par les autorités, à l'attention des randonneurs et des skieurs de tout niveau.

"Le manteau neigeux est instable avec plusieurs couches fragiles de neige récente, parfois fortement soufflées. Il y a un danger très prégnant sur toutes les altitudes, sur toutes les pentes, sur toutes les orientations, et dans les pentes fortes au-delà de 30 degrés, on a un risque qui est très, très important de déclenchement par plaques avant", explique le colonel de gendarmerie.

Selon Stéphane Bozon, "il faut attendre une stabilisation, qui ne pourra venir que par le réchauffement diurne, et il faudra aussi se méfier de ce réchauffement qui pourra faire partir des avalanches de grande ampleur", insiste-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Avalanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.