L'impact de la canicule sur les glaciers alpins

Sur le plateau du 12/13, Jean-Christophe Batteria analyse les conséquences des très fortes chaleurs qui ont touché le pays, sur les massifs montagneux des Alpes.

France 3

Le phénomène de canicule ces derniers jours laissera des traces peut-être irréversibles sur les glaciers des Alpes. Ceux-ci ont connu une fonte exceptionnelle, multipliée par trois par rapport à la perte mesurée habituellement en période estivale. "La mer de glace perd dix centimètres d'épaisseur en moyenne. Cette semaine, elle en a perdu 30, et nous ne sommes que le 8 juillet", commente Jean-Christophe Batteria sur le plateau de France 3.

Un nouvel été brulant

Les fortes températures ont en effet touché de très hautes altitudes. Sur le Mont-Blanc, "il fallait ces derniers jours à 4 500 m, 300 m en-dessous du sommet pour atteindre les 0°C", poursuit le journaliste. Après une situation similaire en 2003, c'est un nouvel été brûlant qui a fait reculer la mer de glace d'un km. "En 1900, on mettait les piolets, aujourd'hui, on marche sur les cailloux".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le massif du Mont-Blanc.
Le massif du Mont-Blanc. (SERGE WORRETH / FRANCE 3)