Tempête en Corse : Bastia est "une ville fantôme, vide de ses habitants", raconte le maire

L'accès au bord de mer a été interdit, lundi. La plupart des habitants sont rentrés chez eux et les commerces sont fermés.

La Corse fait face à des vents violents, le 29 octobre 2018.
La Corse fait face à des vents violents, le 29 octobre 2018. (MAXPPP)

"C'est une ville fantôme ce soir, avec très peu de véhicules qui circulent, car on a demandé aux gens de rester chez eux. Tous les commerces ou presque sont fermés, c'est une ville qui est vide de ses habitants", a déclaré lundi 29 octobre sur franceinfo, Pierre Savelli, maire de Bastia, alors que la Corse est en vigilance rouge, pour des vents "extrêmement violents", qui pourraient atteindre les 200 km/h.

>>> Suivez en direct la situation et les vigilances météorologiques

"Nous avons mobilisé les équipes de la police municipale, le centre technique, les équipes d'astreinte. Nous avons fermé les crèches municipales et les centres de loisirs", a indiqué Pierre Savelli. "Nous avons fermé l'accès au bord de mer, le quai des martyrs, mais également la promenade du bord de mer. Le port de Bastia est fermé, l'aéroport aussi. Il n'y a aucun vol entre la Corse et le continent ce soir, ils reprendront demain matin quand la vigilance rouge sera levée."

Nous sommes en pleine tempête. Du bureau de la mairie, on peut voir l'intensité et la force des vagues (…) On a un vrai renforcement, avec des hauteurs de vagues qui sont rarement atteintes sur Bastia.Pierre Savelli, maire de Bastiaà franceinfo

Le maire de Bastia craint les "dangers qui peuvent se faufiler lors de ces grandes tempêtes, s'il pleut il y a le risque inondation, quand il y a du vent et pas de pluie le gros risque, c'est la submersion surtout dans les zones qui sont proches du littoral".

Ne pas sortir de chez soi

"On renouvelle notre appel à la prudence en disant aux gens de ne pas se promener sur le bord de mer et d'éviter de sortir de chez soi et d'y rentrer le plus vite possible quand certains ne l'ont pas fait", a lancé Pierre Savelli.

"Il y a beaucoup de foyers privés d'électricité mais sur Bastia proprement dit non, la zone de Bastia est pour l'instant épargnée", précise le maire. "Demain matin, on communiquera selon les informations que l'on recevra de la préfecture et s'il y a possibilité de rouvrir les structures d'accueil, nous le ferons naturellement aussitôt", a conclu l'élu.