Tempête Alex : un record de vent à 186 km/h et 45 000 foyers privés d'électricité dans le Morbihan

La tempête Alex occasionne des perturbations en Bretagne, Pays de la Loire et Normandie ce vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le toit d'un lycée s'est décroché et a été emporté par la tempête Alex à Vannes (Morbihan), le vendredi 2 octobre 2020. (LOIC VENANCE / AFP)

La Bretagne, le Pays de la Loire et la Normandie rencontrent encore des perturbations après le passage de la tempête Alex, qui a balayé l'ouest de la France dans la nuit de jeudi à vendredi, a appris franceinfo auprès d'Enedis, la préfecture du Morbihan et la SNCF.

>> DIRECT. Tempête Alex : 45 000 personnes privées d'électricité dans le Morbihan, les pluies et orages continuent dans le Sud-Est

En début d'après-midi, 45 000 foyers étaient toujours privés d'électricité dans le Morbihan, annonce la préfecture. Pour rétablir la situation, 250 techniciens d'Enedis et 100 techniciens prestataires sont actuellement en intervention. Le département attend le renfort de techniciens d'autres régions. 

Dans ce point de situation, la préfecture précise que le département est en vigilance jaune vent violent, pluie-inondations et risque de submersion marine. La vitesse du vent devrait être de 70 km/h ce vendredi après-midi, avant qu'elle ne faiblisse dans la nuit. Les cumuls de pluie attendus "seront de 10 à 15cm" ce vendredi, et "entre 35 et 40mm" demain, samedi 3 octobre, précise la préfecture. Jusqu'à 100 000 foyers ont été privés d'électricité en France vendredi matin, dont une large majorité (88 000) en Bretagne. 

La ligne Quimper-Rennes ne reprendra pas avant 16 heures

À 11h30, la SNCF indiquait toujours des perturbations sur ses lignes en Bretagne, Pays de la Loire et Normandie. La ligne Quimper-Rennes était coupée et ne devait pas reprendre avant 16 heures. Sur les autres lignes, des perturbations subsistaient et des trains de reconnaissance des voies circulaient pour dégager les obstacles sur les rails. Des perturbations sont notamment recensées entre Saint-Nazaire et le Croisic où la circulation est coupée, tout comme la ligne Savenay/Saint-Nazaire. La circulation des trains est également très difficile dans les secteurs de Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Malo.

Des centaines d'interventions des secours

Depuis 22 heures jeudi, les pompiers du Morbihan ont mené 428 interventions, pour des chutes d'arbres, des assèchements ou encore des câbles électriques au sol. La gendarmerie a quant à elle mené 28 interventions pour des obstacles sur les voies et cinq accidents de la route, occasionnant uniquement des blessés légers. Enfin la police enregistre 16 interventions.

Sur la presqu'île de Quiberon et celle de Rhuys, les 57 militaires de l'unité d'intervention de la sécurité civiles sont toujours déployés. Depuis 4 heures du matin, la nuit dernière, ils dégagent les routes.

Dans le Finistère, seule une douzaine d'interventions sans gravité ont été recensées, selon France Bleu Breizh Izel. En Loire-Atlantique, des rafales à 111 km/h ont été enregistrées à Saint-Nazaire et les pompiers ont réalisé près d'une trentaine d'interventions, notamment pour des chutes d'arbres ou des toitures arrachées.

Une rafale record à 186 km/h à Belle-Île-en-Mer

Une rafale record a été enregistrée dans la nuit de jeudi à vendredi 2 octobre à Belle-Île-en-Mer, dans le département du Morbihanau niveau de la pointe du Talut, avec 186 km/h a annoncé Météo France vendredi 2 octobre. Selon France Bleu Armorique, la station météo de l'île ne répond d'ailleurs plus. Le précédent record, datant de 1990, était de 162 km/h. "On ne s'attendait pas à avoir une rafale à 186 km/h", a réagi sur franceinfo Tibault Grollemund, le maire du Palais à Belle-Île-en-Mer. Dans sa commune, il y a "beaucoup de dégâts", principalement des arbres tombés sur les routes, "mais pas de dégâts matériels sur des maisons" selon ses premières constatations.

Les accès sont en train de se rétablir mais il y aura beaucoup de travail toute la journée

Tibault Grollemund

à franceinfo

''Il y a eu des dégâts, des arbres tombés, des poteaux électriques hors service et une partie de la communea été sans électricité pendant quelques heures, indique de son coté le maire de Carnac.  Il n'y a pas de dégâts humains. On est assez habitués à ce genre d'épisodes en Bretagne...'' 

Ailleurs, d'autres rafales assez importantes ont été enregistrées, avec par exemple 157 km/h à Groix ou 135 km/h à Sarzeau. A Vannes, la toiture d'un collège a été arrachée par les rafales selon la préfecture du Morbihan. Il y a également eu des précipitations conséquentes : entre 40 et 60 mm, voire 80 mm localement. À 5 heures du matin, 80 000 personnes étaient privées d'électricité dans le Morbihan, principalement sur la bande littorale ou dans l'est du département. Il n'y a pas de victime à déplorer.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.