Cet article date de plus de deux ans.

Orages : vers de plus en plus d'épisodes de grêle ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Orages : vers de plus en plus d'épisodes de grêle ?
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

L'énorme épisode orageux accompagné de gros grêlons samedi 6 juillet pose question sur les risques de ce genre de séquence météorologique. Le point sur la situation avec Valérie Heurtel en plateau.

73 000 éclairs se sont abattus dans la nuit du samedi 6 juillet en France, un record sur l'année 2019. Des orages violents qui pourront à l'avenir devenir plus systématiques."C'est ce que nous prédisent les chercheurs qui travaillent sur le réchauffement climatique, parce que les masses d'air chaud et froid qui entrent en conflit ont des températures de plus en plus extrêmes et cela fabrique des orages de plus en plus violents", développe Valérie Heurtel.

Le record français date de 1958

Même si les études ne sont pas formelles, les dernières décennies ont accueilli des records d'intensité et de taille en matière d'orages et de grêle."En 2010, au Dakota aux États-Unis, ce sont des grêlons gros comme un ballon de handball qui tombent du ciel. 20 cm de diamètre pour plus d'1 kg. Ce sont les plus gros grêlons jamais observés. En France, le record remonte à 1958. Strasbourg est dévasté par une averse de grêle. Des grêlons de 972 grammes avec une centaine de blessés. La presse de l'époque parle d'apocalypse. L'averse de grêle la plus meurtrière remonte à 1986 au Bangladesh, elle a fait 92 morts", ajoute la journaliste. Une météo qui a impacté les récoltes des agriculteurs." Pour protéger leur récolte,les agriculteurs ensemencent les nuages. On envoie dans le nuage une substance qui attire l'eau. Ça permet de diviser les grêlons et ça transforme les gros grêlons en plein de petits grêlons donc moins dévastateurs pour les cultures, mais l'efficacité n'est pas vraiment prouvée", conclut Valérie Heurtel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.