Météo France place la Gironde en vigilance orange aux crues, huit départements du Sud-Ouest concernés au total

"Sur le sud-ouest du pays, des crues généralisées sont en cours sur les bassins de l'Adour et de la Garonne et se propagent à présent vers les secteurs aval", mettent en garde les prévisionnistes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Nive en crue à Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 10 janvier 2022. (PIERRE LARRIEU / HANS LUCAS / AFP)

Météo France a placé la Gironde en vigilance orange, mardi 11 janvier, en raison des risques de crues et d'indondations après les intempéries qui se sont abattues sur le Sud-Ouest. Sept autres départements étaient déjà concernés par cette alerte : la Haute-Garonne, le Gers, les Landes, le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées et le Tarn-et-Garonne. "Des crues généralisées sont en cours sur les bassins de l'Adour et de la Garonne et se propagent à présent vers les secteurs aval", met en garde le site de Vigicrues.

"Sur la Garonne le maximum (légèrement inférieur à la crue de juin 2000) a été atteint à Toulouse mardi matin", dépassant les 4m30, précise Vigicrues. "La crue de la Garonne alimentée par ses affluents gersois se poursuivra dans les jours qui viennent dans les départements du Tarn-et-Garonne, du Lot-et-Garonne et de la Gironde, ajoutent les prévisionnistes. Sur les Gaves et l'Adour, les maximums sont atteints sur les secteurs amont. Les crues se propagent dans les secteurs d'Orthez et Peyrehorade sur les Gaves et sur l'Adour moyen."

Ces crues peuvent perturber les conditions de circulation, sur la route comme sur le réseau ferroviaire, rappelle Vigicrues. Elles ont entraîné la fermeture de certaines écoles de Haute-Garonne, mardi, ainsi que des perturbations dans les transports en communs. Les autorités appellent les habitants à la vigilance, et à ne pas s'engager sur les routes inondées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.