Secouristes chevronnés, berger, automobiliste... Qui sont les sept victimes du nouvel épisode d'inondations dans le Sud-Est ?

Cette catastrophe intervient une semaine après les pluies diluviennes qui avaient déjà endeuillé la région le week-end du 23 novembre. Franceinfo brosse le portrait de ces sept nouvelles personnes qui ont perdu la vie à cause des intempéries. 

Des pompiers déployés dans la commune du Rove (Bouches-du-Rhône), où trois secouristes ont trouvé la mort dans un crash d\'hélicoptère, le 2 décembre 2019. 
Des pompiers déployés dans la commune du Rove (Bouches-du-Rhône), où trois secouristes ont trouvé la mort dans un crash d'hélicoptère, le 2 décembre 2019.  (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Le sud-est de la France a payé une nouvelle fois un lourd tribut. Sept personnes sont mortes, dimanche 1er et lundi 2 décembre, dans les violentes intempéries qui ont frappé la région. Parmi elles, trois secouristes, tués dans un accident d'hélicoptère pendant une mission de sauvetage. 

>> Six morts, une disparue, des habitants évacués, des écoles fermées... Ce que l'on sait de la nouvelle vague d'intempéries dans le Sud-Est 

Cette catastrophe intervient une semaine après un première épisode d'intempéries qui avaient déjà endeuillé la région. Six personnes avaient déjà été tuées, le week-end du 23 novembre, portant à 13 le nombre des victimes sur une période de dix jours. Qui sont ces sept nouvelles victimes ? Franceinfo fait le point. 

Une femme de 34 ans morte au volant de sa voiture

Lundi, les pompiers ont retrouvé le corps d'une femme de 34 ans à Volx (Alpes-de-Haute-Provence), non loin de sa voiture. C'est d'abord le véhicule qui a été découvert par les pompiers, presque totalement immergé dans la rivière Le Largue. La conductrice est originaire de Manosque, selon France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle était venue rendre visite à sa famille durant le week-end, à Saint-Maime, petite commune située un peu plus au nord. Elle était portée disparue depuis dimanche. Selon son frère, qui a témoigné auprès de nos confrères, elle a décidé de prendre la route, malgré les conseils de ses proches et alors que les conditions météorologiques étaient déjà très mauvaises. 

Il pleuvait très fort, on lui a dit de ne pas prendre la route, que ce n'était pas prudent, mais elle est partie quand même.Le frère de la victimeà France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur

Trois secouristes morts dans un crash d'hélicoptère

Dans la nuit du dimanche 1er au lundi 2 décembre, trois secouristes sont morts dans le crash d'un hélicoptère de la Sécurité civile. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'hélicoptère avait décollé de l'aéroport de Marignane (Bouches-du-Rhône), pour prendre la direction de Le-Luc-en-Provence (Var), où une personne était portée disparue. En chemin, les deux secouristes ont récupéré un collègue au centre de secours de Martigues avant que l'appareil ne s'écrase quelques minutes plus tard dans la commune du Rove. Les raisons de cet accident, survenu dans une région qui n'était pas placée en alerte rouge par Météo France, restent pour l'instant inconnues. 

• Norbert Savornin, 44 ans, était secouriste héliporté du Service d'incendie et de secours des Bouches-du-Rhône. "C'était un passionné, à fond dans son travail, quelqu'un de droit, et aujourd'hui il est parti", témoigne le frère du pompier auprès de France 3 Provence-Alpes-Côte d'AzurIl était à fond dans son travail, quand il faut sauver des vies, c'est sûr qu'il devait parfois se mettre en péril, mais ça fait partie du métier, on le sait. C'est malheureux, c'est triste, c'est cruel." Sur Twitter, les pompiers de Marseille lui ont rendu hommage. 

• Jean Garat, 40 ans, pilotait l'hélicoptère. Lors d'un point-presse, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a rendu hommage à ce pilote "particulièrement expérimenté", qui avait rejoint la base aérienne de Nîmes-Garons il y a un anD'après Le Parisien, ce père de trois jeunes enfants avait intégré l'armée de l'Air en 1999 et a été déployé sur plusieurs opérations spéciales à l'étranger. Il avait été décoré plusieurs fois de la Croix de la Valeur militaire et fait chevalier de la Légion d'honneur.

• Michel Escalin, 47 ans, affichait lui aussi une solide expérience. Toujours selon Le Parisien, ce père de trois enfants âgés de 8 à 20 ans a rejoint l'armée de Terre en 1991 en tant que mécanicien de bord puis en tant que contrôleur, un poste réservé aux meilleurs éléments. "Depuis 2018, il était devenu mécanicien opérateur de bord, jouant un rôle d'assistant de vol, à la manière d'un copilote, lors des opérations, explique le journal. C'est par exemple lui qui était chargé, en vol, de manier le treuil et d'ouvrir les portes tout en guidant, de la voix, le pilote au-dessus de la mer."

Un berger piégé à bord son 4x4

Dans la commune de Saint-Paul-en-Forêt (Var), un berger a été emporté dans son 4x4, dimanche. Pour faire rentrer ses bêtes, l'homme avait pris son véhicule dans la nuit et a tenté de franchir un gué. Son corps a été retrouvé dans son véhicule,  encastré contre un arbre, à 300 mètres en aval du lieu où il avait été vu pour la dernière fois. "C'est un ami de longue date et je suis bouleversé", a témoigné l'un de ses proches sur BFMTV. 

Toujours sur BFMTV, le maire de Saint-Paul-en-Fôret a rendu hommage à une "personne emblématique de notre territoire". Il a décrit un homme "passionné par son métier, très intelligent". "C'est quelqu'un qu'on connaissait très très bien, qui faisait de l'agropastoralisme. Il préservait nos forêts des feux en faisant pâturer les moutons et là, il est mort dans les inondations", a regretté l'élu.  

Un homme emporté par les eaux à Fréjus

Kai Duprez, le propriétaire d'une pension de chevaux à Fréjus a, lui aussi, été emporté par les eaux, dimanche, sous les yeux de sa compagne. Vers 19h30, l'ancien driver est sorti pour veiller sur ses animaux, après qu'une digue qui séparait l'écurie d'un ruisseau a cédé. "Il voulait ouvrir les boxes où il y avait les chevaux, pour qu'ils ne soient pas prisonniers (...) Il a été emporté", explique sa compagne endeuillée à BFMTV

"On l'a vu marcher, puis nager et disparaître", poursuit sa compagne auprès de Nice-Matin. En une fraction de seconde, ma vie a basculé. Il n'est plus là. On devait se marier au mois d'août." Les secouristes sont intervenus mais n'ont pas réussi à le retrouver. Ce n'est que dans la nuit qu'ils ont retrouvé son corps, à une centaine de mètres du lieu de sa disparition. 

Une femme retrouvée sur une plage de Saint-Tropez 

Il s'agit de la dernière victime retrouvée. Les services de secours et de sécurité ont découvert, mercredi, le corps d'une femme de 61 ans, au niveau de la plage des Canoubiers à Saint-Tropez (Var). Son véhicule avait été retrouvé, lundi, fenêtres ouvertes, dans le lit d'une rivière, à Grimaud.

Selon Var Matin, la victime s'appelle Marie-Claude Gaiero. Elle aurait tenté de franchir une route inondée, non loin de sa propriété, selon le quotidien. Sa voiture, emportée par le courant, a été retrouvée vide quelques mètres un peu plus bas.