Les sinistrés des Alpes-Maritimes partagés en colère et désespoir

Il y a un mois les intempéries avaient fait 20 morts et causés de nombreux dégâts. Aujourd'hui encore ils sont nombreux à attendre d'être relogés. 

FRANCE 3
Au Cannet (Alpes-Maritimes), un mois est passé depuis les violentes intempéries qui ont touché la région, mais les stigmates de la catastrophe sont toujours là. Les 35 familles du Cannet hébergés dans un camping sont toujours dans l'attente d'un relogement décent. Cohabiter à cinq dans un mobile home de 15 mètres carrés la situation est difficile. "On n'a toujours pas de réponses à nos questions, on essaye de faire le nécessaire pour récupérer ce qui nous reste au hameau et on est dans l'attente tout le temps. Il faut qu'on réclame pour avoir des réponses à ce qu'on veut", explique Dorra Ferchichi, résidente du hameau du Carimaï.

Un retour furtif 

Au bout de l'allée, d'autres familles, même sentiment d'abandon et l'espoir de retourner chez elles. "On a tout laissé, depuis ce jour-là on nous a interdit de rentrer", explique Malvina Pepone, une autre résidente du hameau du Carimaï. Les sinistrés s'impatientent, mais à partir de mardi, ils devraient pouvoir accéder à leur domicile sous escorte et seulement quelques heures par jour. 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme constate loes dégâts son tracteur renversé par les eaux, le 6 novembre 2011 à Auribeau-sur-Siagne dans les Alpes maritimes.
Un homme constate loes dégâts son tracteur renversé par les eaux, le 6 novembre 2011 à Auribeau-sur-Siagne dans les Alpes maritimes. (VALERY HACHE / AFP)