Cet article date de plus de six ans.

Etat, mairies, particuliers : qui peut faire quoi pour prévenir les inondations ?

Le Gard est placé en vigilance rouge, l'Ardèche, la Drôme et l'Hérault sont en vigilance orange, vendredi 10 octobre. Francetv info se penche sur les moyens de faire face à ces intempéries parfois dévastatrices.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les dégâts à Montagnac (Hérault) après des inondations, le 30 septembre 2014. (MAXPPP)

"C'est le désastre, il n'y a plus de séjour, plus de cuisine, et cela va recommencer", se désole une habitante de Juvignac (Hérault), interrogée par France 3 Languedoc-Roussillon. Nettoyage, déblayage, la population panse ses plaies. Mais les intempéries dans le sud-est de la France ne lui laissent pas de répit. L'Hérault est à nouveau placé en vigilance orange pluie-inondations, tout comme l'Ardèche et la Drôme, vendredi 10 octobre. Le département du Gard a même été placé en vigilance rouge. Francetv info se penche sur les solutions mises en place pour prévenir les conséquences des inondations.

L'Etat réalise des travaux d'ampleur

C'est l'Etat qui est chargé d'identifier en amont les risques et de construire les aménagements adéquats. Les digues du Lez, le fleuve qui traverse Montpellier, ont été renforcées et élargies sur 13 kilomètres. Ce qui ne les a pas empêchées de se rompre lors de précédentes inondations, notamment en 2002. "Résultat : à chaque épisode de fortes pluies, je restais clouée derrière ma fenêtre, terrorisée, à regarder l’eau tomber", confie une habitante au journal La Croix.

Les digues ne sont pas les seules solutions. Des bassins d'expansion et des déversoirs ont également été construits. France 3 Languedoc-Roussillon en explique le mécanisme : "Dès que le Lez passe la barre des six mètres de haut, un déversoir s'ouvre automatiquement et permet de dévier un tiers du débit de l'eau dans un chenal spécialement créé. Le trop-plein d'eau est alors évacué dans l'étang du Méjean."

Cette installation a permis de préserver la commune de Lattès, située à dix kilomètres au sud de Montpellier. Mais ces travaux ont un coût : 48 millions d'euros pour les aménagements du Lez. Ils ont été financés par Montpellier Agglomération, avec le soutien de l’Etat et des collectivités territoriales. Par ailleurs, l'Etat peut prendre des mesures pour interdire les constructions sur les zones inondables.

Les collectivités locales informent la population

Après plusieurs épisodes d'inondations en 1999, 2002, 2003 et 2005, la région Languedoc-Roussillon a mis en place un observatoire des risques. C'est une sorte de ressource documentaire pour les élus. Car au niveau local, les maires sont au premier plan lors des intempéries. Et ils doivent gérer la crise. "A Grabels, les écoles seront fermées. En plus, je vais utiliser un système de télé-alarme", affirme le maire de cette commune de l'Hérault, René Revol, interrogé par La Dépêche du Midi. Douze kilomètres plus loin, à Juvignac, le maire a doté sa police municipale d'une barque pour aller chercher des personnes éventuellement coincées par les eaux. 

Predict, filiale de Météo France, accompagne les élus de plus de 20 000 communes françaises en amont des intempéries et pendant les périodes de crise. Vingt-cinq ingénieurs analysent jour et nuit, toute l'année, des données métérologiques et hydrauliques. Pendant les périodes d'inondations, les maires sont tenus au courant heure par heure par téléphone. "Ce matin à 4 heures, nous avons identifié une forte crue à Aubenas, dans l'Ardèche, nous avons prévenu le maire pour qu'il surveille les campings et puisse évacuer des campeurs le cas échéant", raconte KarineMoreau, directrice du développement chez Predict, contactée par francetv info. "Nous les conseillons aussi souvent sur les routes qu'il faut barrer, pour éviter aussi que des particuliers ne risquent leur vie en voulant récupérer leur véhicule", poursuit-elle.

Les habitants peuvent consolider leur maison

La responsabilité de chacun est primordiale pour éviter des conséquences dramatiques. "Parfois, des personnes refusent d'évacuer leurs habitations. Dans ce cas-là, la préfecture prend le relais et un hélitreuillage est organisé", explique Karine Moreau. Si le maire doit informer ses administrés, chacun peut aussi se renseigner. "Quand les mairies n'ont plus de réseau téléphonique, nous avons aussi une convention avec les radios France Bleu pour relayer les informations", signale la spécialiste. Vous pouvez aussi consulter le site internet de vigilance de Météo France ou encore celui de Vigicrues

Si vous habitez dans une zone inondable, il est possible de réaliser des travaux pour vous prémunir des risques d'inondations. La première étape est de vérifier les autorisations, notamment auprès de votre mairie. Deuxième étape, consultez le site de référence risquesmajeurs.fr, qui liste toutes les possibilités. Par exemple, vous pouvez faire des travaux temporaires en installant des sacs de sable, en fixant des emballages sur les murs.

Des aménagements définitifs peuvent aussi être envisagés. Vous pouvez surélever vos appareils électroménagers, ou encore installer des couvercles aux bouches d'aération ou de ventilation. Si vous êtes prêt à vous lancer dans des travaux plus lourds, il est possible de changer les revêtements des sols en privilégiant le carrelage. Les cloisons à ossatures métalliques sont également conseillées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.