Après les intempéries, comment reprendre l'activité ?

Les inondations du 3 octobre ont ravagé les locaux de nombreuses entreprises. Mais avant de pouvoir compter sur les assurances, elles vont devoir rapidement reprendre le travail.

FRANCE 2

Le coût matériel des intempéries du 3 octobre est chiffré entre 550 et 650 millions d'euros par les assureurs. En attendant d'avoir une compensation financière pour les pertes subies, de nombreuses entreprises des Alpes-Maritimes doivent déjà penser à recommencer le travail avec les moyens du bord. À la verrerie de Biot, c'est encore impensable. La boue est montée ici jusqu'à 1m50 et a tout ravagé, détruisant les fours, qui coûtent pour certains plus de 50 000 euros, mais aussi l'installation électrique.

Tout un secteur touché

À La Bocca (Cannes), tout le secteur artisanal a été inondé. Des centaines d'entreprises et de commerces ont beaucoup perdu. L'entrepôt d'une société qui vend des peintures pour yacht est rempli de terre. Il va tout falloir retirer à la main. Dans ce magasin de meubles, les articles sont souillés, mais aussi les documents administratifs qu'il faut sauver tant bien que mal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Familles et voisins s\'affairent pour nettoyer les jardins ravagés par les pluies torrentielles tombées le 3 octobre 2015, à Biot (Alpes-Maritimes).
Familles et voisins s'affairent pour nettoyer les jardins ravagés par les pluies torrentielles tombées le 3 octobre 2015, à Biot (Alpes-Maritimes). (MAXPPP)