Intempéries : "Deux vigilances rouges, à une semaine d'intervalle, pour deux épisodes méditerranéens distincts, c'est inédit"

Franceinfo a interrogé François Jobard, prévisionniste à Météo France, pour connaître les raisons de l'alerte rouge dans le Var et les Alpes-Maritimes, deux départements déjà touchés par un épisode méditerranéen le week-end dernier.

Des inondations au Muy (Var), le 24 novembre 2019.
Des inondations au Muy (Var), le 24 novembre 2019. (PHILIPE ARNASSAN / MAXPPP)

Un nouvel "épisode méditerranéen marqué". De fortes pluies s'abattent sur le Var et les Alpes-Maritimes, dimanche 1er décembre. Ces deux départements sont placés en vigilance rouge en raison de ces précipitations et des risques d'inondations. Ils l'avaient déjà été le 23 novembre. Ce précédent épisode méditerranéen, qui date du week-end dernier, avait entraîné la mort de six personnes dans le Var.

>> Le Var et les Alpes-Maritimes placés en vigilance rouge : suivez notre direct

A quoi faut-il s'attendre cette fois-ci ? Comment expliquer ces deux alertes météo en si peu de temps ? Pour obtenir des réponses et mieux comprendre le phénomène, franceinfo a interrogé François Jobard, prévisionniste à Météo France.

Franceinfo : C'est la deuxième fois en 8 jours que le Var et les Alpes-Maritimes sont placés en vigilance rouge. Est-ce rare en si peu de temps ?

François Jobard : Oui, c'est inédit. La vigilance rouge existe depuis 2000. Or, jusqu'en 2019, ni le Var, ni les Alpes-Maritimes n'avaient été placés en vigilance rouge, ce qui renforce le côté marquant. Mais il faut se souvenir qu'à l'automne 2014, marqué par de très fréquents épisodes méditerranéens, il y a eu plusieurs alertes rouges. Le Gard a connu deux passages en rouge en trois jours, entre le 10 et le 12 octobre 2014. Toutefois, il s'agissait de deux épisodes au sein du même épisode méditerranéen. La même année, l'Hérault a été placé en vigilance rouge le 29 septembre, puis le 11 octobre et à nouveau fin novembre. Mais il n'y a jamais eu deux vigilances rouges pour deux épisodes méditerranéens distincts à un intervalle d'une semaine.

Pourquoi Météo France a décrété une nouvelle vigilance rouge ?

Pour cet épisode méditerranéen, les cumuls d'eau attendus sont moindres que pour les précédents. Il y a une semaine, plus de 300 mm de pluie sont tombés sur ces départements en 36 heures. Cette fois, c'est le contexte qui explique ce passage en rouge : l'automne est très pluvieux. Les sols sont gorgés d'eau. La sensibilité des fleuves côtiers s'est accrue, ils vont réagir très rapidement.

Les pluies sont déjà en cours depuis ce matin. L'épisode va s'amplifier dans les prochaines heures, pendant l'après-midi et la soirée, notamment sur la partie durement touchée la semaine dernière. Des cumuls de pluie de 150 mm, voire 200 mm, sont attendus en l'espace de 24 heures à 30 heures.

La zone entre l'est du Var et l'ouest des Alpes-Maritimes, de Roquebrune-sur-Argens à Antibes, sera à nouveau la plus touchée. Or, dans les zones sur lesquelles on attend le plus de pluie aujourd'hui, il est tombé, lors des six dernières semaines, l'équivalent d'un an de pluie normale à Paris, soit une moyenne de 637 mm.

La répétition de ces épisodes aggrave-t-elle les conséquences ?

Oui. D'un point de vue purement météorologique, il va moins pleuvoir que la semaine dernière. Mais d'un point de vue hydrologique, les deux épisodes sont comparables, car ils sont assez rapprochés dans le temps. Quand il y a un mois entre deux épisodes, les sols se désaturent en eau. Là, ce n'est pas le cas.

Comment expliquer ce phénomène ?

Cet automne est très pluvieux, bien au-dessus de la normale. Certains automnes ne le sont pas du tout, c'est variable d'une année à l'autre. La variabilité fait partie de la météo. Avec le changement climatique, on observe une tendance à avoir des épisodes méditerranéens plus intenses, mais pas plus fréquents.

Cette année, c'est l'accumulation des pluies qui est notable, plus que l'intensité.François Jobardà franceinfo

En octobre 2015, il avait plu 21 mm en six minutes à Nice. La semaine dernière, il a plu 21 mm en une heure, au plus fort. Les pluies de cet automne sont soutenues, mais pas diluviennes. Néanmoins, 15 mm de pluie pendant 30 heures, en moyenne, ça finit par créer des inondations, car les précipitations sont soutenues et durables. Chaque épisode méditerranéen a ses caractéristiques.

Cet épisode méditerranéen est-il le dernier de la série automnale ?

On ne sait pas répondre précisément à cette question, mais plus on se rapproche de Noël, plus la probabilité que ce soit le dernier augmente. Il faut savoir que l'automne se termine le 30 novembre en météorologie. Il peut y avoir des épisodes méditerranéens en décembre, mais la température de la mer décroît assez significativement à cette période. Or, la mer Méditerranée fournit le carburant pour ces épisodes, donc plus la température baisse, moins il y a de la vapeur d'eau mobilisable.

Climatologiquement, la probabilité d'avoir un épisode méditerranéen décroît régulièrement dans le courant du mois de décembre.François Jobardà franceinfo

Mais ça ne veut pas dire que le 15 décembre, on n'aura pas un petit épisode... Tout reste possible en météo. Et dans les prochains jours, on attend un épisode méditerranéen sur les Baléares et la Catalogne, mais pas en France, même s'il va pleuvoir sur le Languedoc à partir de mercredi prochain.