Inondations : le calvaire des sinistrés

La galère se poursuit chez une partie des quelque 30 000 foyers touchés par les inondations. Selon les assureurs, les dégâts coûteront entre 150 et 200 millions d'euros.

Depuis une semaine, poubelle après poubelle, Jeannine Lefranc se débarrasse de ses affaires moisies par la montée des eaux. Si depuis, la Marne s'est retirée, cette retraitée est loin d'avoir terminé de constater les dégâts. Au rez-de-chaussée de son pavillon, tout ou presque est à jeter. "C'est imbibé d'eau et puis ça sent mauvais", commente la septuagénaire.

Dégâts matériels et risques sanitaires

Devant les affaires qu'il lui reste à débarrasser, Jeannine se dit épuisée et angoissée en permanence. C'est le cas de nombreuses demeures à Noisy-le-Grand, en Seine-Saint-Denis. Des habitants sont à bout, après des semaines les pieds dans l'eau. Au pic de la crue, les rues étaient englouties avec près d'un mètre cinquante d'eau dans certaines maisons.

À la fatigue et aux dégâts matériels s'ajoutent également les risques sanitaires. Malgré la décrue de la Marne, les sinistrés devront encore s'armer de patience.

Le JT
Les autres sujets du JT
À Esbly (Seine-et-Marne), l\'arrivée de la neige est un problème de plus à affronter pour les habitants de la commune, déjà durement frappés par les inondations.
À Esbly (Seine-et-Marne), l'arrivée de la neige est un problème de plus à affronter pour les habitants de la commune, déjà durement frappés par les inondations. (France 3)