"Cette Légion d'honneur est celle de la ville de Trèbes" : le maire fier de la résilience de sa commune frappée par un attentat et des inondations

Le maire de Trèbes et son épouse reçoivent mercredi à l'Elysée la Légion d'honneur, un an après l'attentat dans supermarché ayant fait quatre morts. Une commune de l'Aude frappée quelques mois après par une crue meurtrière.  

Le maire de Trèbes, Eric Menassi, aux funérailles des victimes de l\'attaque terroriste du 23 mars 2018.
Le maire de Trèbes, Eric Menassi, aux funérailles des victimes de l'attaque terroriste du 23 mars 2018. (PASCAL PAVANI / AFP)

"Je suis heureux d'entendre le bruit des pelleteuses et des engins de chantier", confie le maire de Trèbes (Aude), Eric Menassi, décoré de la Légion d'honneur mercredi 20 mars. Sur la place de la mairie, tractopelles et rouleaux compresseurs s’activent. Du bitume fumant pour un parvis redessiné, symbole d’une ville qui veut renaître après la double épreuve de l’an passé : l’attaque du Super U en mars et les inondations meurtrières en octobre.

Les forces de l\'ordre devant le supermarché de Trèbes attaqué par un terroriste, le 23 mars 2018.
Les forces de l'ordre devant le supermarché de Trèbes attaqué par un terroriste, le 23 mars 2018. (PASCAL PAVANI / AFP)

"La vie reprend", poursuit l'élu de l'Aude. Elle s'était suspendue lorsque son épouse l'appelle le 23 mars 2018. Samia Menassi, directrice du Super U, lui explique qu’un terroriste est dans le magasin. Sur place, il ne voit pas sa compagne : "J'ai eu très peur". De longues minutes d’angoisse s'écoulent. La directrice se refuse à quitter le magasin avant d’avoir pu évacuer tout le monde. "Elle est très forte", souffle le maire, à l'adresse de son épouse, elle aussi décorée ce soir. 

Nous avons traversé cette année en nous soutenant mutuellement. Je suis très impressionné par sa volonté, par sa force de caractère et très fier d'elle.Eric Menassi, maire de Trèbesà franceinfo

En avril, Samia Menassi fait en sorte que le Super U puisse rouvrir. De son côté, le maire s’occupe des victimes, de leurs proches. Sur ces terres où le Rassemblement national séduit, l’élu socialiste dit vouloir éviter les pièges de la colère : "Nous avons réussi à faire triompher autre chose que la barbarie au travers de la dignité avec laquelle la population et les familles ont traversé cette épreuve."

Conséquences de inondations à Trèbes (Aide) le 16 octobre 2018.
Conséquences de inondations à Trèbes (Aide) le 16 octobre 2018. (ALEXANDRE BARLOT / FRANCE-INFO)

Mais en octobre, de brutales inondations frappent la commune. Elles provoquent six décès et plus de 1 100 sinistrés. Pourtant, aux yeux d’Eric Menassi, Trèbes n’est pas une ville martyre : "Je ne vois rien de martyr dans ce qui nous est arrivé."

Ce qui me frappe le plus, c'est le courage des habitants, la formidable envie de reconstruire la ville sous sa dimension urbaine, et de nous reconstruire aussi psychologiquement.Eric Menassià franceinfo

"On ne sort pas indemne d’une année comme celle-là", ajoute cependant l'élu. 

Les premières commémorations, les légions d’honneur, aideront peut-être à panser un peu les plaies, à tourner la page. "Pour moi, cette Légion d'honneur, c'est celle de la ville de Trèbes. J'ai une très grande fierté de représenter la solidarité et l'engagement dont elle a fait preuve. D'ailleurs, cette Légion d'honneur restera à la mairie", affirme Eric Menassi.

Samedi, une plaque en hommage aux victimes de l'attentat du 23 mars 2018 sera dévoilée devant la mairie, avec cette citation de Victor Hugo : "Les morts sont des invisibles, mais non des absents."