Inondations : comment Paris se protège ?

Une cellule de crise s'est réunie ce samedi 27 janvier autour de la maire de Paris Anne Hidalgo, afin d'anticiper la montée des eaux.

FRANCE 2

La montée des eaux est scrutée minute par minute : dans la tour de contrôle de Vigicrue, une vingtaine d'agents surveillent le niveau de la Seine 24 heures sur 24. Objectif : prévenir les lieux stratégiques des précautions à prendre.

Des équipes techniques toutes les deux heures

À l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le plus grand d'Europe, les bâtiments sont tous construits en zone inondable, et les installations électriques sont en sous-sol. Alors les équipes de l'hôpital surveillent de très près la montée des eaux. "J'ai des équipes techniques qui passent toutes les deux heures vérifier qu'il n'y a pas d'évolution, de phénomène de montée d'eau de la nappe phréatique, parce qu'on est vraiment sous les blocs opératoires", explique Michel Aucouturier, directeur travaux et maintenance du groupe Pitié Salpêtrière. En cas d'inondation, tout le système électrique est menacé : des groupes électrogènes installés dans la cour sont prêts à prendre le relai.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un Parisien observe la crue de la Seine, près de la tour Eiffel, le 23 janvier 2018.
Un Parisien observe la crue de la Seine, près de la tour Eiffel, le 23 janvier 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)