Cet article date de plus de huit ans.

Emportée par la crue, une automobiliste meurt dans les Hautes-Pyrénées

La septuagénaire est morte noyée dans la nuit, après que sa voiture a été soulevée par une vague d'eau, à Pierrefitte-Nestalas, en amont de Lourdes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une route fermée et submergée par l'eau près de Lourdes (Hautes-Pyrénées), le 18 juin 2013. (PASCAL PAVANI / AFP)

La crue exceptionnelle du gave de Pau a fait une victime. Une septuagénaire est morte noyée, dans la nuit du mardi 18 au mercredi 19 juin, alors que la rivière connaît, depuis mardi après-midi, une crue exceptionnelle. Les flots torrentiels du gave de Pau ont submergé la célèbre grotte de Lourdes et entraîné l'évacuation de près de 2 000 personnes dans la région.

La victime avait pris place avec son mari à bord de leur voiture lorsque celle-ci a été "soulevée par une vague d'eau", dans la commune de Pierrefitte-Nestalas, en amont de Lourdes, selon la préfecture des Hautes-Pyrénées. Le couple, habitant cette commune située en amont de Lourdes, a alors tenté de s'extraire du véhicule : la femme a été emportée par les eaux tandis que son mari, coincé par le courant contre le véhicule, a pu être secouru.

Crues majeures dans les Pyrénées, Lourdes sous les eaux

D'importantes précipitations en montagne et un réchauffement des températures entraînent une fonte importante des neiges et une crue exceptionnelle. La rivière de Pau a été placée en vigilance rouge par Météo France dans les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques tandis que plusieurs cours d'eau connaissent également des débordements importants en Haute-Garonne, placée en vigilance orange, ainsi que les Landes.

Les sanctuaires de Lourdes (Hautes-Pyrénées) ont été évacués mardi matin, car les prairies et les piscines destinées aux pèlerins, en bordure du Gave, sont sous les eaux. En milieu d'après-midi, la grotte, où la tradition catholique situe les apparitions de la Vierge, était sous 1,40 mètre d'eau, et la basilique supérieure était à son tour fermée. Un millier de personnes séjournant dans les hôtels en bordure de la rivière ont été relogées, dans d'autres hôtels pour la plupart.

Candice Olivari et Bernard Bonarme - France 2.

Les ministres de l'Intérieur et de l'Ecologie, Manuel Valls et Delphine Batho, sont attendus mercredi, notamment à Lourdes. 

Nombreues évacuations en Haute-Garonne et Hautes-Pyrénées

En Haute-Garonne et dans les Hautes-Pyrénées, d'importants moyens ont été mobilisés et 600 pompiers étaient à pied d'oeuvre dans la nuit de mardi à mercredi, selon le ministère de l'Intérieur. Au-dessus de Lourdes, des départementales étaient coupées par les eaux ou par des éboulements entre Luz-Saint-Sauveur, Barèges et Cauterets.Au total, outre les pèlerins et touristes à Lourdes, 800 personnes ont été mises en sécurité par les pompiers dans le département, où 3 500 foyers étaient toujours privés d'électricité mardi soir.

La crue faisait également sentir ses premiers effets en aval, dans les Pyrénées-Atlantiques, avec de nombreux appels aux pompiers et l'évacuation de 30 personnes d'un camping à Lescar. En Haute-Garonne, également fortement touchée, la préfecture a souligné "le caractère tout à fait exceptionnel des précipitations: elles ont atteint environ 100 mm et on attend encore 30 mm de pluie entre 18 heures et 20 heures".

"Les dégâts matériels seront extrêmement importants (...) et près d'un millier de personnes ont été évacuées", dont une dizaine par hélicoptère, a précisé le sous-préfet François Beyries. "Il faut s'occuper de l'hébergement de ces gens. Un millier de lits et de couvertures vont être acheminés par des moyens militaires, terrestres et éventuellement aériens", a-t-il dit.Par ailleurs, une centaine de curistes de Luchon étaient hébergés mardi aux thermes de la ville, ainsi que 50 internes du lycée de la ville.

Francetv info

A Saint-Béat, la Garonne s'est transformée au fil de la journée en un gigantesque torrent rugissant, aux eaux boueuses, emportant camping-car et véhicules sur son passage, l'eau atteignant jusqu'à 1,80 m dans les rues de ce petit village de 400 habitants. Mercredi, les écoles de la région resteront fermées. De nombreuses routes ont été coupées, comme la nationale 125 qui mène au Val d'Aran en Espagne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Intempéries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.