Crues : des dégâts dans les champs dans l'Aube, le Doubs, l'Eure et en Ile-de-France

Le principal syndicat agricole indique les cultures sont touchées par les inondations et demande que "la solidarité" se mette "vite" en place, afin d'aider financièrement les exploitants.

Dans le village de Belmont (Doubs), la Loue est sortie de son lit et inonde les installations sportives et les champs, le 23 janvier 2018. 
Dans le village de Belmont (Doubs), la Loue est sortie de son lit et inonde les installations sportives et les champs, le 23 janvier 2018.  (MAXPPP)

Rien ne pousse sous l'eau. Les cultures dans l'Aube, le Doubs, l'Eure et en Ile-de-France sont particulièrement touchées par les crues ce mois de janvier, en particulier celles de colza, indique vendredi 26 janvier la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricole (FNSEA). Le principal syndicat agricole demande que "la solidarité" se mette "vite" en place.

De nombreuses terres agricoles, dont celles qui ont déjà été semées en colza de printemps, ont été immergées. Certains ont été noyées par les crues, d'autres ont reçu l'excédent d'eau des rivières afin de réduire l'impact des inondations en amont des grandes villes.

"Conscients du rôle essentiel que jouent leurs terres dans la politique de gestion du risque inondation, les agriculteurs s'engagent pleinement dans la solidarité de l'amont vers l'aval qui, néanmoins, n'est pas sans conséquences sur leurs cultures", souligne la FNSEA. Le syndicat demande que les "travaux" engagés après les crues exceptionnelles de 2016 "aboutissent" afin que "les agriculteurs soient indemnisés à la hauteur du service qu'ils rendent à la société." 

"Mission de solidarité"

"Dans un contexte de changement climatique, qui engendre des inondations de plus en plus intenses et dont la fréquence pourrait augmenter dans les années à venir, il est urgent de soutenir les agriculteurs dans leur mission de solidarité", ajoute le texte de la FNSEA. Le syndicat espère que les "exploitations concernées" par les inondations soient soutenues. 

A Paris, la Seine a atteint 5,61 mètres au Pont d'Austerlitz vendredi vers 14 heures. La plupart des voies sur berges sont inondées et la navigation est interdite sur toute la Seine amont. Les quatre lacs-réservoirs du bassin du fleuve sont remplis à 94% de leur capacité.

Dans le bassin de la Seine, l'Yonne est également confrontée à des crues importantes, tandis qu'en Seine-Maritime et dans l'Eure, plus de 30 000 habitants étaient privés d'eau potable vendredi matin. Par ailleurs la Saône, qui voit arriver les eaux du Doubs, est en vigilance rouge depuis lundi.