Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Ouragan Irma : Francky Vincent critique "le laxisme" de l'Etat dans une chanson sur les sinistrés

Le chanteur de zouk, habituellement connu pour ses textes lubriques, s'indigne des difficultés d'évacuation et de la différence de traitement dénoncées par les habitants de Saint-Martin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du clip du titre "Irma" de Francky Vincent, postée sur les réseaux sociaux le 13 septembre 2017. (FACEBOOK / FRANCKY VINCENT)

"Saint-Martin, Saint-Barthélemy, devenu enfer au paradis." Francky Vincent a repris le micro pour soutenir les sinistrés de l'ouragan Irma avec un clip posté sur YouTube et Facebook, mercredi 13 septembre. Le chanteur de zouk guadeloupéen, habituellement connu pour ses textes lubriques, appelle dans ce titre à la mobilisation et au soutien des habitants.

"L'heure n'est pas à la polémique, mais à aider ces îles magnifiques", chante d'abord le musicien, avant d'accuser directement l'Etat dans sa gestion de la catastrophe. "L'anticipation n'était pas de mise, évacuation c'est un choix qui se brise, entonne-t-il. Un vent de panique s'installe profondément, ainsi que le laxisme du gouvernement."

"On évacue d'abord les touristes"

Il s'indigne aussi des difficultés d'évacuation et de la différence de traitement qu'ont dénoncée les habitants de Saint-Martin. "Les familles veulent donner de la voix, afin d'affirmer leur désarroi. On évacue d'abord les touristes. Les locaux seront après en piste."

Contacté par le HuffPost, Magid Lebbar, le collaborateur de l'artiste se défend de tout opportunisme. "Il n'y aucun argent en jeu, affirme-t-il. L'objectif de Francky Vincent via ce clip est de lancer un appel à la solidarité pour les populations locales victimes de l'ouragan. A cet effet, le titre n'est pas en vente mais se trouve uniquement sur les réseaux sociaux."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ouragan Irma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.