Saint-Martin : 250 personnes évacuées, les rotations aériennes suspendues faute de moyens

Près de 250 personnes ont pu être évacuées de l'île de Saint-Martin. "Seuls peuvent être évacués les femmes enceintes, les enfants de moins de deux ans et les malades", a rapporté l'envoyé spécial de franceinfo sur place.

Un homme marche dans les rues de l\'île de Saint-Martin dévastée par le passage de l\'ouragan Irma, le 8 septembre 2017.
Un homme marche dans les rues de l'île de Saint-Martin dévastée par le passage de l'ouragan Irma, le 8 septembre 2017. (MARTIN BUREAU / AFP)

Près de 250 personnes ont pu être évacuées de l'île de Saint-Martin par les premiers avions qui effectuent des rotations entre l'île dévastée par l'ouragan Irma et la Guadeloupe, a appris samedi 9 septembre l'envoyé spécial de franceinfo sur place auprès des autorités, alors que la nuit est tombée sur l'île et que l'ouragan José s'approche.

Irma >> suivez en direct l'évolution de la situation à Saint-Martin et Saint-Barthélémy

Des milliers de personnes se sont pressées depuis le décollage des premiers avions, il y a quelques heures, en espérant être évacués de l'île, mais n'ont pas pu être pris en charge. Des critères très sélectifs ont du être mis en place par les militaires armés qui gardent l'accès à l'aérogare de Grand-Case Espérance, au nord de l'île de Saint-Martin.

Les "pères disent au revoir à leur femme et leurs enfants"

"Seuls peuvent être évacués les femmes enceintes, les enfants de moins de deux ans et les malades", a rapporté l'envoyé spécial de franceinfo sur place, décrivant des "scènes déchirantes" à la barrière gardée par les militaires, où les "pères disent au revoir à leur femme et leurs enfants car ils ne peuvent pas être évacués."

Les évacuations se passent d'ailleurs dans des conditions très difficiles, voire chaotiques. "300 personnes devaient initialement être évacuées dans les premières heures, mais 50 n'ont finalement pas pu décoller", les trois avions restant sur le tarmac "faute de moyens pour les faire voler", a rapporté notre journaliste sur place.