Saint-Martin : le tourisme en berne

Les Antilles françaises ne se sont pas complètement remises du passage de l'ouragan Irma. Un an après la catastrophe, quel bilan dresser de la situation ? À Saint-Martin, le tourisme redémarre à son rythme.

Voir la vidéo
France 2

L'île de Saint-Martin (Antilles françaises) est toute leur vie. Nos équipes ont suivi trois professionnels du tourisme après le passage de l'ouragan Irma : retour sur un an de gestion de crise. Bruno Bouard, propriétaire de studios de location, a fait les réparations nécessaires après l'écroulement de son toit. "Peu de temps après le cyclone, on a fait venir les entreprises, on a trouvé celles disponibles et donc on a recommencé", explique-t-il face caméra. Ses trois studios sont de nouveau opérationnels et d'ores et déjà loués. Dans les décombres de l'ouragan, France 2 avait rencontré Jean-Paul Clerc, propriétaire de restaurants sur l'île. "Un an après, les choses ont bien évolué puisque nous avons remis en état la place du village et les restaurateurs ont décidé d'avancer et de refaire leurs restaurants", témoigne-t-il. Seul bémol : les travaux commencent à peine et certaines assurances françaises ont résilié certains contrats.

Les professionnels attendent un taux de remplissage de 30 à 40%

À Saint-Martin, les piliers du tourisme étaient les grands établissements hôteliers. Le 4 étoiles de Patrice Seguin a été ravagé il y a un an. "Aujourd'hui on n'a pas de problème avec la structure de l'hôtel, elle a été évidemment expertisée par des spécialistes", raconte le propriétaire. Mais à ce jour, l'hôtel n'accueille aucun touriste et 20 millions d'euros de travaux sont encore nécessaires. Les professionnels du secteur s'attendent donc à une saison mitigée : un taux de remplissage de 30 à 40%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une maison dévastée par l\'ouragan Irma, qui n\'a pas encore été reparée, un an après le déluge sur Saint-Martin.
Une maison dévastée par l'ouragan Irma, qui n'a pas encore été reparée, un an après le déluge sur Saint-Martin. (RADIO FRANCE / MATTHIEU MONDOLONI)