Cet article date de plus de trois ans.

Ouragan Irma : "La présence de la plus haute autorité de l'État est nécessaire" selon Victorin Lurel, ancien ministre des Outre-mer

À quelques heures de l'arrivée d'Emmanuel Macron aux Antilles, après le passage de l'ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, l'ancien ministre socialiste des Outre-mer, Victorin Lurel, note que "le gouvernement a pris la mesure de l'affaire."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien ministre socialiste des Outre-mer Victorin Lurel. (MAXPPP)

L'ancien ministre socialiste des Outre-mer, Victorin Lurel, salue, mardi 12 septembre sur franceinfo, le déplacement d'Emmanuel Macron à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, une semaine après le passage de l'ouragan Irma : "Ça peut paraître léger mais, après un tel traumatisme, la présence de la plus haute autorité de l'État est nécessaire. Pour lui, il est important de "montrer une considération, pas simplement de la compassion mais une présence active, avec des forces mieux coordonnées, une sécurité mieux assurée, des secours qui sont distribués et sécurisés. Oui, ça peut rebooster un peu les énergies", confie t-il. 

Les critiques "étaient justifiées" 

Interrogé sur l'ambiance dans laquelle risque d'être accueilli le chef de l'État, alors que plusieurs voix dénoncent un manque d'anticipation de l'ouragan par les autorités, Victorin Lurel estime que le gouvernement a, depuis, pris les mesures nécessaires face aux conséquences d'Irma : "J'ai eu un contact avec le président de la République en lui disant 'Si on ne reprend pas les choses, l'accueil risque d'être sportif'. Depuis lors, depuis exactement deux jours, je crois très sincèrement, que les critiques qui ont été émises – je ne parle pas des polémiques sur les réseaux sociaux – notamment par les élus, ont été entendues. Je crois qu'on est plus intelligents ensemble, de manière collective."

Quant à ces critiques, pour l'ancien ministre des Outre-mer, "elles étaient justifiées" : "Avant le cyclone, il fallait à mon sens évacuer au moins les malades, avoir prépositionné des forces. On me dit que ça a été fait mais pas en nombre suffisant. Après, il fallait quadriller les quartiers pour éviter les pillages et des problèmes de sécurité. Aujourd'hui, c'est derrière nous, le gouvernement a pris la mesure de l'affaire. Il y a un meilleur déploiement de force, plus d'information (…) La béance d'information qui existait a été comblée."

Victorin Lurel accueillera Emmanuel Macron mardi, à 5h45 (11h45, heure de métropole), à son arrivée à l'aéroport de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.