Ouragan Irma : comme si tout "avait été soufflé par une bombe atomique", témoigne une habitante

Dany, une habitante de Galisbay à Saint-Martin, a vécu l'ouragan Irma depuis son domicile. Elle décrit des scènes apocalyptiques et raconte sa nuit à la merci du vent.  

Des bâteaux et voitures après le passage de l\'ouragan Irma, à Saint-Martin, le 6 septembre 2017.
Des bâteaux et voitures après le passage de l'ouragan Irma, à Saint-Martin, le 6 septembre 2017. (SOCIAL MEDIA / X04130)

Quelques heures après le passage dévastateur de l'ouragan Irma à Saint-Martin, Dany, une habitante de Galisbay, près du chef-lieu Marigot, décrit des scènes apocalyptique sur son île, jeudi 7 septembre, à Outre-mer 1ère.

Je suis sortie très tardivement, et on avait l'impression que ça avait été soufflé par une bombe atomique. Tout était soufflé, éventré, on n'en croyait pas nos yeux.Dany, habitante de Galisbayà franceinfo

"L'immeuble où j'étais tremblait, on avait l'impression qu'il allait imploser, les feuilles de tôle se sont arrachées et nous avons commencé à avoir de l'eau dans la maison, poursuit cette habitante de Saint-Martin. Après, le vent et l'eau, tout est rentré dans la maison. Et comme il y avait aussi des objets, c'était un fracas infernal."

On a passé la nuit dans une salle de bain, derrière une machine à laver. On a mis la machine pour coincer et on la poussait pour que la porte ne s'ouvre pas.Dany, habitante de Galisbayà franceinfo

"Au-delà des dégâts matériels, lorsque nous avons vu que le vent s'était calmé, j'étais contente. J'avais une espèce de soulagement. Je me suis dit : 'Je suis encore là.'", conclut Dany.

L'ouragan Irma, qui a traversé Saint-Martin et Saint-Barthélemy mercredi, a fait au moins six morts, selon un premier bilan. Éric Maire, le préfet de Guadeloupe, dont dépendent les deux îles, estimait, dans la nuit de mercredi à jeudi, que "60 à 70% des habitations" étaient détruites.