VIDEO. L'Asie est-elle devenue le vide-ordures du monde ?

Où nos déchets terminent-ils ? Dans des pays d'Asie du Sud-Est qui n'ont pas les moyens de les traiter. Voici pourquoi.

BRUT
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Chaque jour, une personne jette en moyenne 0,74 kg de déchets. On pourrait imaginer que les stocks monumentaux d'ordures amassés par les pays sont traités au sein de leurs frontières. Ce n'est pas le cas. Commes les marchandises, les déchets sont échangés à l'internationale.

Parfois toxiques, les détritus sont généralement acheminés des pays développés vers des pays émergents. Principal importateur : la Chine. Pendant plus de 25 ans, l'empire du Milieu a importé près de la moitié des déchets mondiaux. Le gouvernement chinois a désiré mettre un frein à cette pollution pernicieuse. 

Un mal qui s'étend 

Depuis janvier 2018, la Chine a interdit l'importation de 24 catégories de déchets pour circonscrire ces arrivées d'ordures étrangères. En conséquence, les pays exportateurs se tournent désormais vers d'autres pays d'Asie tels que la Thaïlande, le Vietnam ou la Malaisie. Autant de pays qui subissent dorénavant les problèmes sanitaires et environnementaux de ces importations. La situation est d'autant plus grave que ces déchets sont jetés, enterrés ou brûlés mais très peu recyclés. 

Selon la Banque mondiale, d'ici 2050, la production mondiale de déchets devrait augmenter de près de 70 %.