Cet article date de plus de cinq ans.

Une scientifique crée un jeu vidéo pour expliquer l'impact du changement climatique en Antarctique

Aux commandes de "Ice Flows", les joueurs doivent assurer la survie de manchots. Objectif : faire comprendre, au passage, l'impact du changement climatique sur les pôles.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le jeu "Ice Flows" a été créé pour sensibiliser les internautes à l'impact des changements climatiques en Antarctique. (ICE FLOWS)

La survie de Ronne, Filchner et Fuji est entre vos mains. Ces trois manchots sont les héros d'Ice Flows, un jeu développé par une scientifique pour sensibiliser les internautes à l'impact du changement climatique aux pôles, lancé mardi 23 août à l'occasion d'une conférence scientifique à Kuala Lumpur (Malaisie). Aux joueurs de gérer l'épaisseur de la glace pour permettre aux manchots d'attraper des poissons. En cas d'échec, ils finiront dévorés par un phoque.

L'objectif du jeu est de représenter de façon simple la calotte glaciaire en Antarctique et comment elle réagit aux changements de l'environnement, que ce soit la baisse des chutes de neige ou la hausse de la température des océans, détaille Phys.org (en anglais). La région est particulièrement vulnérable face aux modifications des courants océaniques en raison du climat, précise le site scientifique.

"Ce jeu permet de s'immerger dans l'environnement"

"La réponse de la calotte glaciaire de l'Antarctique au climat est très complexe et du coup, c'est très difficile de communiquer dessus de façon claire et compréhensible, explique Anne Le Brocq, de l'université d'Exeter (Royaume-Uni), à l'origine du projet. Un jeu permet de s'immerger dans l'environnement pour vraiment comprendre le comportement de la calotte glaciaire et comment elle répond à des modifications de l'environnement. Avec un peu de chance, c'est aussi amusant d'y jouer !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.