Sécheresse : en Haute-Saône, "le niveau des nappes phréatiques est trop bas"

La Haute-Saône est l'un des 47 départements placés en vigilance orange à la sécheresse. Ainsi, des camions-citernes ont dû alimenter en eau plusieurs agglomérations. 

La sécheresse perturbe l\'agriculture. 
La sécheresse perturbe l'agriculture.  (ANGELINE DEMUYNCK / FRANCE-BLEU SUD LORRAINE)

Après une vague caniculaire survenue fin juin, les températures ont baissé en France mais la pluie se fait toujours attendre. Des restrictions d'eau ont ainsi été mises en place dans de nombreuses communes et en Haute-Saône, les réserves d'eau de plusieurs agglomérations ont dû être alimentées par camions citernes. "Je n’ai jamais vu cela, on n’a jamais manqué d’eau", se désole Alain Robert, le président du syndicat des Eaux du Vernoy, ce mercredi 10 juillet au micro de franceinfo. Actuellement, 47 départements sont placés en vigilance orange à la sécheresse. 

Franceinfo : Comment en est-on arrivé là ?

Alain RobertDisons que l'hiver, les réserves ne se font pas correctement vu le manque de pluie et même de neige par chez nous. C’est la troisième année, et trois ans cela fait beaucoup. On n’a jamais eu ce phénomène-là et voilà qu’on s'y trouve confrontés. Le niveau des nappes phréatiques est trop bas et puis, avec les fortes chaleurs il y a eu des surconsommations. Donc j’ai pallié un peu le problème en envoyant des lettres aux gens pour les responsabiliser et leur dire de moins consommer. Apparemment cela a marché, mais malgré tout, on est trop juste.

D’où vient l’eau qui a été apportée par les camions ?

Elle venait de Vesoul, d’un autre syndicat. Pour le moment, on n'en a pas fait venir beaucoup, trois camions, c’est-à-dire 100 m3. Cela a permis de remettre à jour les châteaux d’eau et puis, avec la diminution de la consommation pour le moment, on n’en a pas fait revenir. Mais cela risque de recommencer parce que les sources continuent de diminuer. Les orages sont localisés et sur ce secteur-là, il n’y en a pas eu. Sans pluie dans les prochains jours on sera obligé de faire revenir des camions et puis, peut-être, de faire des coupures d’eau. Je n’ai jamais vu cela, on n’a jamais manqué d’eau.

Comment ça se passe pour les agriculteurs ?

C’est pareil. Eux, ils vont chercher dans les rivières, dans les plans d’eau. Ils réussissent à avoir un peu d’eau comme cela.