Pollution : à Sceaux, laisser tourner son moteur à l'arrêt coûtera une amende de 135 euros

Le maire UDI de cette ville des Hauts-de-Seine a pris un arrêté en ce sens et promet que la police municipale sera vigilante.  

Un pot d\'échappement d\'une voiture. 
Un pot d'échappement d'une voiture.  (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

Philippe Laurent, le maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine) a décidé de sanctionner les automobilistes qui laissent tourner le moteur de leur voiture alors qu'ils sont à l'arrêt. Il a pris un arrêté en ce sens, qui punit désormais cette mauvaise habitude de 135 euros d'amende.

"Une facilité qui n'est pas acceptable" 

La police municipale de Sceaux sera particulièrement vigilante "devant les lycées", annonce le maire, où "les parents viennent chercher les enfants et laissent tourner la voiture pour recharger le portable ou parce qu'il y a le chauffage". Même chose pour "les conducteurs de bus qui sont en attente", prévient encore le maire pour qui ce réflexe est "une facilité qui n'est pas acceptable".

Philippe Laurent rappelle que sa décision "est prévue par la loi depuis 1963 [l'article 2 de l'arrêté du 12 novembre 1963 relatif aux fumées produites par les véhicules automobiles]. C'est vous dire si ce n'est pas nouveau !" Ne pas couper son moteur à l'arrêt était donc déjà interdit. "Ce n'était pas appliqué, nous l'appliquons", tranche l'élu qui espère faire des émules.