Météo : "Des températures dignes de juillet jusqu'à dimanche inclus"

Ce premier coup de chaud de 2018, qui survient relativement tôt dans l'année, s'explique par une "variabilité normale" des températures, selon le météorologue Pierre Huat. 

Le soleil brille dans un parc de Lille (Nord), le 17 avril 2018. 
Le soleil brille dans un parc de Lille (Nord), le 17 avril 2018.  (MAXPPP)

21°C à Brest, 23°C à Lille, 26°C à Paris, Lyon ou Strasbourg, 27°C à Bordeaux... Avec des températures dignes d'un mois de juillet dans plusieurs régions, difficile de rappeler qu'en avril, il ne faut pas se découvrir d'un fil. Une vague de chaleur touche la France, mercredi 18 avril, et devrait durer plusieurs jours. Est-ce un phénomène anormal ?  Y a-t-il eu des records de température ? Franceinfo a interrogé le météorologue de MeteoGroup, Pierre Huat.

>> Découvrez les prévisions météo dans votre région

Franceinfo : Cette vague de chaleur et d'ensoleillement est-elle "normale" ?

Pierre Huat : Oui et non. C'est anormal dans le sens où l'on est 10 degrés au-dessus des normes de saisons, qui se situent entre 15 et 20°C, selon les régions. À Paris par exemple, il fait 26°C alors qu'on devrait être autour de 16-17°C

Pour autant, ce n'est pas étonnant, quand on sait que cela arrive régulièrement en avril : c'est le mois de tous les excès. En 2007 et en 2011 par exemple, on a déjà eu des pics de chaleur qui ont duré entre une semaine et dix jours. En avril, ces pics sont réguliers : tous les quatre, cinq ans en moyenne. Ils ne s'expliquent pas, c'est une variabilité normale et, a priori, ce n'est pas vraiment un impact du dérèglement climatique.

A l'inverse, en 2008, on avait eu les dernières neiges de l'hiver au mois d'avril. C'est vraiment le moment de l'année où l'on peut avoir des écarts de températures importants.

Franceinfo : Est-ce que cet épisode de chaleur va durer ?

Pierre Huat : Oui, à coup sûr jusqu'à dimanche inclus. Une dégradation orageuse peu sévère devrait se mettre en place à partir de lundi, mais pas de façon intense : on devrait revenir aux moyennes de saisons, 15 et 20°C selon les régions.

Franceinfo : Est-ce que des records saisonniers vont être battus ?

Pierre Huat : A priori, on va s'en rapprocher, mais on ne les battra pas. Les records datent de 2011, et  sont plutôt autour de 30°C. Là, on devrait être autour de 28°C, ce qui est déjà une température digne du mois de juillet. De l'intérieur de l'Aquitaine en passant par le Limousin, la région Centre et jusqu'au Bassin parisien, on va donc effectivement se rapprocher des records.

Deux zones sont un peu moins touchées par la chaleur : le Finistère et le Cotentin d'une part, mais c'est habituel, il est très rare qu'il y ait de hautes températures. Et en marge aussi, la région méditerranéenne, où les températures vont être honorables, mais il ne fera pas aussi chaud qu'ailleurs. D'ailleurs, déjà mercredi, il fait plus chaud à Paris qu'à Marseille.