Le retour de la consigne du verre expérimenté dès 2025 dans quatre régions de l'Ouest et du Nord

"Dès mai 2025, 16 millions de Français pourront acheter des produits de grande consommation dans des emballages réemployables, dans les grandes surfaces alimentaires" des Pays de la Loire, de Bretagne, de Normandie et des Hauts-de-France, a fait savoir l'éco-organisme Citeo.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une bouteille d'eau en verre placée dans une consigne, à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), le 24 février 2023. (FRANCK KOBI / MAXPPP)

Le retour de la consigne du verre va être expérimenté dans quatre grandes régions du nord-ouest de la France à compter de mai 2025, ont annoncé mercredi 3 juillet le gouvernement sortant et l'éco-organisme Citeo, qui espèrent à terme une "généralisation" à l'échelle nationale.

"Dès mai 2025, 16 millions de Français pourront acheter des produits de grande consommation dans des emballages réemployables, dans les grandes surfaces alimentaires de quatre grandes régions de l'ouest et du nord de la France (Pays de la Loire, Bretagne, Normandie, Hauts-de-France)", a précisé Citeo dans un communiqué.

Citeo est financé par les producteurs d'emballages pour soutenir financièrement les collectivités territoriales et organiser la collecte dans le bac jaune sur l'ensemble du territoire national.

A compter de mai 2025, "les premiers emballages standardisés réemployables", créés par Citeo, "seront disponibles dans les grandes surfaces", a déclaré Jean Hornain, directeur général de Citeo, cité dans le communiqué. Il espère ainsi "réduire l'impact environnemental des emballages".

Moins énergivore que la production de nouvelles bouteilles

La mise en production de ces emballages est prévue à partir d'octobre 2024, selon Citeo, qui table sur une installation des dispositifs de collecte en magasin à compter de mars 2025. Principaux produits concernés, selon le gouvernement : la bouteille de bière, mais également de jus de fruits, ainsi que les bocaux de conserves alimentaires.

Cette initiative, développée avec l'appui du syndicat Brasseurs de France, qui rassemble les plus grands acteurs de la filière, "part d'un constat, la hausse des prix du verre l'année dernière lors de la crise énergétique", a précisé le gouvernement lors d'un point-presse mercredi soir.

Outre l'intérêt environnemental de la démarche, beaucoup moins énergivore que la production de nouvelles bouteilles, les acteurs de l'agroalimentaire espèrent donc également reconstituer en partie leurs marges.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.