Le premier semestre de l'année 2020 a été le plus chaud jamais enregistré en France

Le mois de février a été particulièrement doux avec une anomalie de +3,6 °C par rapport aux normales de saison.

Le front de mer de Calais (Pas-de-Calais), le 11 avril 2020 lors du confinement imposé à la population pour lutter contre la pandémie de Covid-19.
Le front de mer de Calais (Pas-de-Calais), le 11 avril 2020 lors du confinement imposé à la population pour lutter contre la pandémie de Covid-19. (MAXPPP)

Les beaux jours étaient bel et bien en avance durant la période du confinement. Le premier semestre de l'année 2020 est le plus chaud jamais enregistré en France, avec une température moyenne nationale de 12,5 °C, a indiqué Météo France mardi 30 juin.

Il devance très légèrement le premier semestre de l'année 2007 (12,4 °C) et le premier semestre 2014 (12,1 °C). "L'anomalie de température moyenne pour cette première moitié d'année est de +1,8 °C", par rapport à la moyenne de référence constatée entre 1981 et 2010, indique l'organisme sur son site.

Les mois de janvier, février et avril ont connu les anomalies de températures mensuelles les plus fortes. Le mois de février a été particulièrement doux avec une anomalie de +3,6 °C. C'est sur une grande partie centrale du pays que l'on trouve les anomalies les plus fortes, précise Météo France. Orly et Brive, par exemple, ont connu des températures moyennes plus chaudes que la normale de 2,4 °C sur les six premiers mois de l'année. Lyon, Chartres et Tours enregistrent une anomalie de +2,3 °C.