Le mont Blanc a perdu un mètre en quatre ans et culmine désormais à 4807,81 mètres

Tous les deux ans, une équipe de géomètres-experts mesure le toit alpin. Selon leurs calculs, la hauteur du mont Blanc baisse en moyenne de dix centimètres par an depuis 2001. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue du massif du Mont-Blanc depuis le col de Joux Plane, le 6 septembre 2021. (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP)

La nouvelle altitude du mont Blanc est de 4 807,81 mètres, selon la dernière mesure consolidée pour 2021 publiée mercredi 29 septembre par les géomètres-experts de Haute-Savoie. La précédente mesure publiée en 2017 par ces mêmes géomètres était de 4 808,72 mètres. Le toit de l'Europe occidentale a ainsi perdu près d'un mètre en quatre ans.

Cette altitude relevée est la hauteur "hors-tout", c’est-à-dire celle du pic rocheux, qui culmine à 4 792 mètres, plus la couche de glace qui le recouvre, avec une marge d'erreur de 10 centimètres. C’est donc cette surface neigeuse qui diminue et qui varie d'une année à l'autre en fonction des vents d'altitude et des précipitations. L'altitude la plus élevée (4 810,90 mètres) a ainsi été relevée en 2007. 

Des mesures réalisées au sommet via des antennes satellites

Pour effectuer ce relevé, une équipe de 27 personnes, des géomètres-experts et des guides de haute montagne ont effectué une expédition les 16, 17 et 18 septembre derniers. Ils ont gravi le sommet et réalisé leurs mesures via des antennes satellites, pendant deux heures.

Cette mesure biennale est effectuée depuis 2001. Les géomètres ont calculé une baisse moyenne de la hauteur du mont Blanc de 10 centimètres par an. Faut-il y voir un lien avec le réchauffement climatique ? Cela reste difficile à affirmer, les données et le recul dans le temps n’étant pas suffisants, selon eux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Climat

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.