Cet article date de plus de six ans.

Le Groenland a battu des records de chaleur cet été

Des records de la calotte glaciaire ont également été enregistrés en raison des températures très supérieures à la normale, dès le printemps.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une photo aérienne du Groenland diffusée par la Nasa, le 29 mars 2016. (NASA / AFP)

Coup de chaud sur les glaciers. Le Groenland a battu des records de chaleur et de fonte des glaces au printemps et en été, a révélé l'Institut météorologique danois, mardi 13 septembre. 

Au printemps, la température moyenne a dépassé de 6,7 °C, la normale saisonnière depuis 1949, à Kangerlussuaq, dans le sud-ouest de ce territoire arctique placé sous la souveraineté du Danemark. Et durant l'été, les scientifiques danois ont mesuré une moyenne de 8,2°C à Tasiilaq, dans le sud-est de l'île, soit 2,3°C de plus que la température moyenne enregistrée de 1981 à 2010.

Ces nouvelles mesures nous donnent des preuves nouvelles et solides pour affirmer que la tendance à la hausse des températures dans l'Arctique se poursuit, et cela ne constitue pas une surprise.

John Cappelen, climatologue

La calotte glaciaire du Groenland fond plus tôt

En avril,  l'institut météorologique danois avait déjà relevé que la calotte glaciaire de l'île avait commencé à fondre près d'un mois plus tôt que lors des années les plus chaudes. Selon une étude parue en décembre dans la revue Nature et reprise par Le Parisien, cette immense couche de glace a fondu deux fois plus vite entre 2003 et 2010 que durant toute la durée du XXe siècle.

La fonte des glaces provoquée par ces fortes chaleurs n'est pas sans conséquences. Le climatologue liste une "montée du niveau des mers", mais aussi des "tempêtes plus fortes" et des changements dans l'écosystème de l'Atlantique Nord qui auront une incidence sur la pêche et sur "la quantité de carbone que peut absorber l'océan".

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.